AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionRomeGardeRegistresLe Droit CanonLe Dogme

Partagez | 
 

 i) Partie IV > 1 : Livre 1 : Création & Pré-histoire ;

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
hull19
Cardinal
avatar

Lieu RP : Arles

MessageSujet: i) Partie IV > 1 : Livre 1 : Création & Pré-histoire ;    Sam 18 Fév 2017 - 21:15

Partie IV > 1 : Livre 1 : Création & Pré-histoire ;

Ami Séminariste, je vous invite à lire ce document. Il s’agit d’un recueil résumé du Livre 1 de notre Dogme. Il reprend les grandes thématiques du livre 1 mais il vous est conseillé de tout de même lire l’intégralité de ce livre dans un futur proche. Vous y trouverez l’origine du monde et de l’homme dans la Création, et l’histoire de la première cité des hommes dans la Préhistoire.


Citation :
La Création

>> texte intégral

Le commencement et la nature de Dieu.

Au commencement, il n’y avait que Dieu.

Il n’y avait encore ni matière, ni énergie, ni mouvement. Il n’y avait même pas le vide, car même le vide est quelque chose. Non, ce qui Le composait alors, c’était le Néant. Cela ne se définit pas comme l’absence de toute chose. Le Néant, c’est lorsque même l’idée de l’existence est impossible. Sauf pour Dieu.

Dieu n’a pas de commencement ni de fin. Il est donc l’Infini et l’Eternel. Il est l’Être Parfait, sur qui rien n’a de prise, rien ne peut agir, rien ne peut interférer. Il Lui suffit d’une simple pensée pour que quelque chose passe du Néant à l’Existence ou de l’Existence au Néant. Tout Lui est donc possible et tout Lui doit donc son existence.

Dieu est la Matière Première à partir de laquelle tout est créé. Ceci fait que tout ce qui existe, ainsi que le Néant lui-même, fait partie de Lui. Il est aussi le Créateur de toute chose. Il est enfin le Très Haut, car Il est la cause même de l’existence de toute chose, y compris du Néant.

De ce fait, Dieu sait tout, car le savoir même fait partie de Lui, est créé par Lui et trouve sa cause en Lui. On dit ainsi qu’Il est omniscient. De plus, Il est partout car, aussi loin que l’on aille, on se trouve toujours en Lui. On le qualifie donc d’omniprésent.

Création du Monde.

Dieu pensa et un point minuscule apparut. Il venait de faire disparaître le Néant au profit de l’Existence et du vide. Il décida de nommer ce point minuscule “univers” et le fit exploser en une myriade d’étoiles, qui vinrent peupler le vide.

Alors Dieu créa les deux mouvements : les choses lourdes iraient vers le bas et les choses légères vers le haut. Il créa également les quatre éléments. La terre, l’eau, le vent et le feu. Il les disposa dans l’ordre hiérarchique de leur pesanteur.

Cette boule de matière, Dieu la nomma Monde. Afin que mouvement se fasse, Il entreprit de défaire l’ordre hiérarchique des éléments. Les éléments bougeaient, retournant systématiquement du désordre à l’ordre.

Mais Dieu était parfait, alors que Sa création était imparfaite. Alors qu’Il était conscient de Lui-même, Sa création ne pensait pas. Alors qu’il voulait aimer Sa création et être aimé d’elle en retour, elle en était incapable.

La vie.

Dieu réunit alors l’amour qu’Il avait en Lui. Il en fit l’esprit, qui était différent de la matière. L’esprit contenait l’intelligence, composée de la raison et des sentiments. Le Très Haut associa la matière à l’esprit, pour que ce dernier puisse exister et nomma le tout "vie".

Mais Dieu n’avait pas conçu le mouvement de la vie comme une force infinie et, pour qu’il se perpétue, ainsi, la mort faisait partie intégrante de la vie. Mais, pour que cela ne détruise pas Ses créatures, Dieu partagea chaque espèce en deux principes complémentaires, qu’il appela masculin et féminin. Tous deux étaient égaux et devaient se rechercher pour s’unifier, et ainsi perpétuer la vie.

Les Créatures, le voyage et la préférence.

Un groupe de ces créatures composant la vie décida de parcourir le monde pour découvrir les autres espèces, tant animales que végétales.
Dieu, dans son infinie perfection, avait fait de la vie une merveille, un délice pour ceux qui savaient la déguster. Chaque espèce était l’occasion pour chacun d’entre eux d’en admirer les particularités. Mais toutes ces créatures ne surprenaient pas seulement le petit groupe par la variété de leurs natures, mais également par un aspect commun plus troublant.

En effet, toutes avaient comme point commun de se vanter d’être l’espèce préférée de Dieu. Leurs talents étaient la raison qu’ils avançaient tous… Le petit groupe décida de s’arrêter un moment. L’ambiance était maussade, car les créatures se posaient toutes la même question.

Toutes les espèces qu’elles avaient rencontrées étaient dotées d’un talent particulier. Même les végétaux étaient dotés de talents uniques. Et le petit groupe s’interrogeait. Mais pourquoi leur espèce n’avait-elle aucun talent particulier ? Toutes ces créatures, animales comme végétales, avaient de sérieux arguments pour affirmer, tel qu’elles le faisaient, qu’elles étaient les préférées de Dieu. Leurs talents étaient uniques. Alors, le petit groupe essaya de se trouver un talent qui était propre à son espèce.

Oane.

Ne trouvant pas leur spécificité, les créatures du petit groupe se mirent à pleurer. Ils étaient persuadés que leur espèce était le moins aimée de Dieu, qu’Il les méprisait, qu’ils étaient la lie de Sa création. Cependant l’un d’eux était resté à l’écart du groupe. Pourtant, de tous, il était le seul à se demander ce que Dieu désirait, au lieu de se plaindre de son sort. Cet homme s’appelait Oane.

Dieu regardait, ému, le petit groupe de créatures qui pleurait. Elles en étaient venues à croire qu’Il les détestait, alors qu’Il aimait chacune de Ses créations. Elles faisaient partie de Lui et les détester reviendrait à haïr une part de Lui.

Par cet amour, Dieu avait doté chaque espèce de créatures composant la vie de talents afin qu’elles trouvent toutes leur place dans Sa création. Les humains qui le composaient étaient habités par le doute, restant aveugles à Son amour. Leurs larmes étaient sincères mais injustes. Ils ne demandaient qu’à être aimés de Lui, mais ne voyaient pas qu’Il le faisait déjà. Les autres créatures étaient conscientes de ce cadeau, mais n’en avaient pas comprit la raison. Elles s’estimaient toutes favorisées d’une façon ou d’une autre par Lui et se croyaient Ses préférées. Mais cet humain, que les siens appelaient Oane, portait en lui le germe du talent que Dieu avait donné aux siens. Il prenait petit à petit conscience du véritable amour que Dieu portait à Sa création.

La convocation, la réunion, la question, les réponses.

Alors, Dieu décida que le temps était venu d’éprouver l’amour que Ses créatures avaient pour Lui. Pour ce faire, Il décida de réunir toutes les créatures du monde en un seul endroit et de leur demander ce qu’était la vie. Ce qu’Il ferait d’elles dépendrait de leurs réponses.

Et enfin vint le jour fatidique où toute la création était réunie. Parmi les créatures, un grand silence se fit. De la lueur céleste, une voix grave, pénétrante, mais douce et sereine se fit entendre. Alors, la voix dit: "Ecoutez-Moi, vous que J’ai conçus, car Je suis votre Dieu. "Nombre d’entre vous se disent Mes préférés, mais jamais Je n’ai jusqu’alors donné de préférence à quelque créature que ce soit. Le temps est venu que Je nomme une espèce parmi vous "Mes enfants". Pour faire ce choix, Je vais vous poser une unique question."

Dieu leur demanda donc : "Selon vous, quel sens ai-Je donné à la vie ?"

La plupart des créatures ne surent que répondre. Mais l’une d’entre elles s’avança. Elle semblait sûre d’elle et de sa réponse et répondit: "Tu as fait les créatures animées par le besoin de se nourrir. Tu as fait les forts capables de dévorer les faibles. Sans conteste, il s’agit donc d’assurer la domination du fort sur le faible !"

Elle ajouta: "J’en veux pour preuve que je suis le dernier représentant de mon espèce. Seul le plus fort a survécu parmi les miens ! Si Tu me nommes "Ton enfant", je saurai Te montrer qui, de toutes créatures, doit dominer le monde."

Elle attendit que Dieu la félicite pour sa réponse, mais en vain. Car Il ne lui répondit pas.

Il se tourna vers un groupe de créatures. Depuis le ciel, un rayon de lumière se fit et vint nimber Oane.

Dieu lui demanda: "Et toi, l’humain, n’as-tu rien à Me répondre ? Je te somme de le faire !"

Oane répondit: " Nous sommes toutes pareillement aimées par Toi et nous nous devons tous de t’aimer en retour. Car, sans Toi, nous n’existerions pas. Tu nous a crée alors que rien ne t’y obligeait et nous nous devons de t’aimer pour te remercier de ce geste. Donc, selon moi, le sens que Tu as donné à la vie est l’amour."

La Décision.

Alors Dieu dit: "Humain, puisque tu es le seul à avoir compris ce qu’était l’amour, Je fais de tes semblables Mes enfants. Ainsi, tu sais que le talent de ton espèce est sa capacité à M’aimer et à aimer ses semblables. Les autres espèces ne savent aimer qu’elles-mêmes."

Dieu tourna Sa voix en direction des créatures qui n’avaient pu Lui donner de réponse. Il leur dit : "Vous qui n’avez pas su me répondre, vous qui vous prétendiez Mes créatures préférées. Vous serez dorénavant soumis à l’humain et de part votre nature strictement matérielle, je vous prive du langage. Vous bêlerez, meuglerez, grognerez, siffloterez, miaulerez ou aboierez jusqu’à la fin des temps !"

Puis, Dieu tourna Sa voix en direction de la créature qui avait affirmé la domination du fort sur le faible. Il lui dit : "Puisque tu es sûr de ton choix, je te laisse l’occasion de le prouver. Tu conserveras ton esprit, mais ton corps sera fait d’ombre. Ainsi, tu vivras, seule, côtoyant les humains, jusqu’à ce que Je te délivre de ta peine. Ainsi, personne ne te verra ni te nommera, car J’ai Moi-même décidé de ne pas le faire."

Dieu tourna ensuite Sa voix en direction d’Oane et lui dit : "J’ai fait de ton espèce Mes enfants. Je fais maintenant de vos esprits des âmes. Ainsi, je divise le temps en sept parties, appelées "jours", afin qu’à chaque septième jour, toi et les tiens vous vous réunissiez pour honorer votre père : Moi."

"Mais il faudra encore que, chaque jour, toi et les tiens fassiez perdurer votre espèce. A l’exception de celle que Je n’ai pas nommée, J’ai fait de toutes les créatures vos soumises. Ce pouvoir dont vous disposez de vous nourrir des autres espèces, Je le nomme "travail". Mais, afin que vous n’oubliiez jamais que ce pouvoir est un don de Moi, vous récompensant ainsi de ta bonne réponse, Oane, le travail sera laborieux, difficile, usant et fatigant. Mais ne te plains pas de la souffrance que cela te cause, car, en vérité, c’est un bien beau cadeau."

"Afin que vous remplaciez par de nouvelles générations celles dont la vie se termine, je vous fais un cadeau bien plus beau encore. Cet amour que J’attends de vous, Je vous permets aussi de l’éprouver également envers vous, en couple. La tendresse et le désir mutuel seront les composantes de ce pur sentiment. La procréation en sera le but. Mais seul l’amour que J’aurai béni pourra permettre l’acte de chair, afin que votre espèce perdure dans Mon amour."

Alors, Dieu créa deux astres au-dessus du monde. L’un, rayonnant de lumière, fut appelé "soleil". L’autre, luisant froidement, fut nommé "lune". Dieu expliqua à Oane: "Que votre fidélité soit celle des enfants envers leurs parents ou je serai aussi sévère que les parents envers leurs enfants. Car, lorsque chacun de vous mourra, Je le jugerai, en fonction de la vie qu’il a menée. Le soleil inondera chaque jour le monde de sa lumière, par preuve d’amour pour Ma création. Ceux, parmi les tiens, que j’y enverrai, vivrons une éternité de bonheur. Mais entre chaque jour, la lune prendra la relève. Et ceux qui, parmi les tiens, y seront jetés n’y connaitront plus que la tourmente."


Citation :
La Pré-histoire

>> texte intégral

Les humains étaient désormais les enfants de Dieu. Dieu n’intervint plus dans le monde, laissant Ses enfants vivre et prospérer. Il avait donné à la créature qu’Il n’avait pas nommée la liberté de les tenter pour qu’ils doivent avoir à choisir entre le chemin de la vertu et celui du péché. Oane, celui qui avait correctement répondu à Dieu, était maintenant passé du statut de simple d’esprit de la communauté à guide de celle-ci.Il les conduisit à travers le monde se trouver un lieu propice à leur épanouissement. Pendant des années, ils traversèrent des déserts, des montagnes et des plaines du monde entier. Oane s’affaiblissait tout au long de ce périple, mais il n’abandonna jamais.

Finalement, le jour vint où ils trouvèrent une vallée propice à leur établissement. Oane était ravi que sa quête soit enfin arrivée à son terme. Il admirait la plaine du regard lorsqu’il s’effondra. Il était clair pour tous qu’il vivait ses derniers instants. Mais, malgré le tragique de l’événement, Oane arborait un sourire plein de sérénité.

Il dit: “N’ayez crainte j’ai atteint la place que Dieu m’a réservé dans le monde et ai accompli ce qu’Il attendait de moi. La mort n’est pas pour moi la perte de la vie mais le passage vers une autre, bien meilleure. Il en sera de même pour vous si vous savez vivre dans la vertu.” Alors, il rendit son dernier soupir. Ils enterrèrent son corps au milieu de la vallée, là où ils vivraient dorénavant. Ils firent le serment que, chaque semaine, ils se réuniraient autour de sa tombe, afin qu’il les accompagne et les guide lorsqu’ils rendraient hommage à Dieu.

Mais aucun ne comprit l’amour qu’avait Oane pour Dieu qui lui fasse accepter la mort avec autant de sérénité. En hommage à sa vie au service des humains et de Dieu, ils décidèrent de nommer la cité qu’ils allaient construire Oanylone, “la cité d’Oane”.

Le temps faisant son travail, les hommes et les femmes devinrent de plus en plus nombreux, maintenant leur amour pour Dieu et rejetant dans l’ombre La Créature Sans Nom. Ils vivaient insouciants alors que dans l’ombre, leur ennemi préparait sa vengeance.

Dieu avait ordonné aux hommes et aux femmes de travailler pour assurer leur subsistance. Ce dur labeur les éloignait ainsi de l’acédie. Ils se mirent à contrôler les ressources naturelles afin d’assurer leur subsistance et leur vie n’en fut que meilleure. Et le dimanche, avant le repas, ils se réunissaient au milieu de leurs habitats, autour de la tombe d’Oane, pour prier ensemble Celui qui les aimait tant. En effet, ils n’avaient pas encore de clercs, car n’en avaient pas encore l’utilité, étant en communion directe avec Dieu. Ainsi la société des hommes et des femmes était belle et raffinée.

Dieu était satisfait. Ses enfants se sublimaient dans la place qu’Il leur avait donnée. Mais Il savait que ce beau printemps allait voir les fleurs de la vertu se faner. Toutes les inventions que les humains avaient créées rendaient leur labeur moins dur. Ils avaient de moins en moins de travail à faire et de plus en plus de fruits à récolter. Et la principale des sciences n’existait pas encore. La théologie était inconnue de ces humains ; n’ayant pas de clercs, il n’y avait encore personne pour se consacrer entièrement à Dieu.

Cette apparente pureté de leur amour pour Dieu était justement ce qui allait les conduire à leur perte. La vie leur semblait si douce et si agréable qu’ils ne comprenaient plus l’intérêt de consacrer leur vie au travail. Ils aimaient le monde, mais ils l’aimaient pour lui-même, pas parce que Dieu leur avait donné, par amour pour eux. Ils se détournaient peu à peu de l’amour de Dieu.

Le premier péché fut ainsi involontairement découvert par les humains. Elle porta plus tard le nom d’acédie. Elle allait amener aux autres péchés, conduisant ainsi les humains à leur perte. Elle atteignit son comble lorsque le dimanche ne fut plus occupé à la prière, mais à la paresse. Oane n’était plus là pour les guider, lui qui avait été le seul à comprendre ce qu’était l’amour du Très Haut. Maintenant seuls, privés de leur guide, les humains ne savaient plus différencier la vertu de l’erreur.

C’est alors que la gourmandise brisa les liens qui unissaient les hommes et les femmes. La communauté des hommes et des femmes se divisait à cause de leur goût immodéré des choses matérielles, qui les conduisit à l’avarice. Alors, l’homme et la femme se firent orgueilleux. Le fort se mit à mépriser le faible.

La Créature Sans Nom vit donc que l’heure de sa revanche était venue. Elle se mut dans l’ombre et s’approcha alors de ceux qui étaient ainsi méprisés et leur demanda: “Pourquoi vous laissez-vous faire ainsi, pourquoi ne pas renverser les rôles ?” Et le faible se mit à envier le fort. La Créature Sans Nom exultait de joie, car elle sentait l’heure de sa gloire arriver.

La colère gronda dans le cœur du faible, qui se révoltait intérieurement contre cette injustice. Elle lui demanda pourquoi il liait ce sentiment dans son esprit et ne le laissait-il pas s’exprimer ? Alors, l’homme et la femme frappèrent leurs frères et leurs sœurs. Ils venaient d’inventer la guerre. La Créature Sans Nom vint à nouveau près de ceux qui l’écoutaient et leur dit que la violence et la haine leur permettraient dorénavant de dominer leur prochain.

L’homme prit alors la femme et la femme prit l’homme. Le fort abusa du faible et le faible subit le fort. Tous s’unirent en une orgie bestiale de stupre et de violence. Leurs corps mêlés reflétaient les flammes des maisons qui brûlaient. Les paroles suaves encourageaient les gestes indécents. Une véritable orgie de débauche avait lieu. Et de l’amour de Dieu il ne fut plus question. Sans Oane pour la leur rappeler, la vertu fut oubliée et le vice fut élevé sur le piédestal de leur détestable vie.

Leur seul interlocuteur était la créature à laquelle Dieu n’avait pas donné de nom. Elle exultait de bonheur, pensant avoir enfin démontré au Très Haut que sa réponse était la bonne et que celle d’Oane était fausse. Elle fut la seule à s’être rappelé qu’il avait été enterré au centre de la cité. Pour le défier, elle alla sur sa tombe et en renversa la pierre tombale. Elle déterra le cadavre d’Oane et dansa une nuit entière, piétinant son corps, en chantant sa joie d’avoir détruit son œuvre. Tout autour d’elle, la ville était en flammes, alors que les humains se battaient, se violaient, se tuaient et se torturaient mutuellement. L’heure du triomphe semblait être venue pour la créature que Dieu n’avait pas nommée.

Elle alla dans les mines récupérer ce dont elle avait besoin pour se forger sa couronne de reine de la Création. Elle était faite d’or, d’argent, de diamants, de rubis, d’émeraudes et de tout ce qu’on pouvait trouver de plus précieux au monde. Et celle-ci était la seule à lever les yeux au ciel, mais c’était pour afficher son sourire de triomphe envers Celui dont elle attendait l’aveu d’échec.

Alors, Dieu voulut donner une grande leçon à ces humains, qui l’avaient trahi. Le ciel se fit noir au-dessus de la communauté et les vents soufflèrent avec force. Il leur dit: “Alors que je vous ai donné mon amour, vous vous en êtes détournés, préférant écouter les paroles de la créature à laquelle je n’ai pas donné de nom. Vous avez préféré vous abandonner aux plaisirs matériels plutôt que de me rendre grâce.”

Il ajouta: “J’ai créé pour vous un lieu appelé Enfer, que j’ai disposé dans la lune, où les pires d’entre vous connaîtront une éternité de tourments pour les punir de leurs péchés. Dans sept jours, votre cité sera engloutie dans les flammes. Et ceux qui y seront restés passeront l’éternité en Enfer. Cependant, Je suis magnanime, et ceux d’entre vous qui sauront faire pénitence passeront l’éternité dans le soleil, où se trouve le Paradis.”

La plupart des hommes et des femmes ne comprenaient pas en quoi ils avaient fauté, tant avait été grand leur abandon au vice. De son coté la Créature Sans Nom trouva sept humains dont le goût pour le péché était si prononcé qu’ils en incarnaient chacun un. Azazel s’était abandonné à la gourmandise, Asmodée à la luxure, Belial à l’orgueil, Lucifer à l’acédie, Belzébuth à l’avarice, Léviathan à la colère et Satan à l’envie. Suivant les conseils de la Créature Sans Nom, ils prêchèrent la rébellion contre Dieu qu’Il était faible et ne pourrait jamais mettre Sa menace à exécution. Nombre d’humains les écoutaient avec attention.

Sept humains avaient cependant compris quelle erreur ils avaient commis. Leurs noms étaient Gabriel, Georges, Michel, Miguaël, Galadrielle, Sylphaël et Raphaëlle. Ils prêchèrent l’humilité, affirmant qu’il fallait accepter la punition pour se laver de ses péchés. Le discours de chacun témoignait des vertus qu’ils s’étaient mis à incarner. Gabriel faisait montre de tempérance, Georges d’amitié, Michel de justice, Miguaël de don de soi, Galadrielle de conservation, Sylphaël de plaisir et Raphaëlle de conviction. Seule une poignée d’humains était sensible à leurs paroles, mais la pureté de la foi de chacun d’entre eux valait le vice de cent pécheurs.

Les six jours furent terribles, les éclairs déchirant le ciel et le tonnerre ébranlant la volonté des plus faibles. Nombre d’humains fuirent alors la ville. Seuls restaient les plus vils, qui écoutaient les prêches des sept incarnations du péché, et les plus vertueux, qui, à l’instar des sept incarnations de la vertu, acceptaient la punition de Dieu. Même la Créature Sans Nom eut la prudence de prendre la fuite, laissant les sept corrompus s’aveugler dans leur folie.

Le septième jour vint conclure la sentence divine dans un titanesque cataclysme. Dans un tremblement assourdissant, le sol s’ouvrit sous les pieds des rares à être restés en ville. Des flammes hautes comme une cathédrale vinrent les dévorer. Les bâtiments furent mis à bas, les pierres s’effondrant sur leurs habitants, et les flammes dévastaient tout. Bientôt, toute la cité fut engloutie dans les entrailles de la terre, ne laissant plus aucune trace de son existence. Les sept incarnations du péché furent punies par Dieu. Elles furent jetées dans la lune, vivant depuis une éternité de souffrances sous le titre de Princes-démons. Ceux qui les avaient écoutés subirent le même terrible sort, portant depuis le titre de démons.

Mais Dieu vit que les sept purs, ainsi que leurs disciples, avaient prouvé que les humains étaient capables de repentance et d’humilité. Il les éleva dans le soleil et furent bénis par une éternité de bonheur au Paradis. Les sept purs furent appelés archanges et leurs disciples anges. Ils devaient seconder le Très Haut en aidant les humains, chaque fois que ce serait nécessaire, à combattre la tentation de la créature qu’Il n’avait pas nommée.

Les groupes d’humains ayant fuit Oanylone s’étaient ainsi dispersés et avaient peuplé le monde. Leurs descendants avaient constitué des cités, formé des gouvernements et inventé l’argent, qui permettait le commerce. Parmi tous ces humains, un groupe se forma, cherchant à comprendre la réalité divine. Mais ce groupe était tout aussi ignorant de Dieu que le reste de l’humanité. N’ayant plus Dieu dans leur cœur, ils s’étaient inventés tout un panthéon de faux dieux. Comme le ciel couvre le monde et qu’il est la source de la lumière, ils firent du dieu du ciel le roi de leurs divinités. Sa foudre devint rapidement célèbre et tout humain apprit très vite à la craindre. Leur roi divin pouvait se transformer en nuage d’or pour pratiquer le péché de luxure avec des princesses !

Pour honorer leurs multiples divinités, les humains créèrent des églises qui leur étaient dédiées et les nommèrent “temple”. Eux-mêmes, faisant office de clerc dans leur paganisme, se nommèrent “prêtres”. Ils suppliaient l’aide de leurs dieux et, en échange, leur sacrifiaient des animaux. Alors que Dieu avait enseigné à Oane que les multiples créatures du monde, bien que soumises aux humains, devaient être respectées, c’est par leur sang que les païens révéraient leurs fausses divinités. Mais il n’y avait pas d’amour pour leurs nouveaux dieux. Certes, ces païens respectaient leurs divinités, mais c’était par peur plutôt que par amour. Les prêtres païens croyaient lire dans les entrailles l’avenir.

Mais il restait un vide dans le cœur des hommes et des femmes. Il leur manquait ce pour quoi ils avaient été conçus. Il leur manquait l’amour que Dieu voulait leur donner et qu’Il attendait en retour. Alors, Dieu décida que le moment était venu de se rappeler à Sa Création. Il trouva un enfant dans la cité qui s’appelait Stagire et lui enseigna Sa Parole afin que l’Homme retrouve le chemin de la vertu. Cet enfant s’appelait Aristote.


Questions sur la Création :

1] Qu’est-ce que le Néant ?

2] Que crée Dieu au départ ? Comment nomme-t-il sa première création ?

3] Que crée-t-il ensuite et pourquoi ?

4] Comment fait-il pour que le mouvement existe ?

5] Qu'est ce qui déclenche la réunion ?

6] Que se passe t'il lors de cette réunion ? (Résumez en quelques lignes)

7] Quelles sont les conséquences de la réunion pour l'Homme ? (Résumez en quelques lignes)


Questions sur la Préhistoire :

1] Quelle est la politique de Dieu vis à vis du monde à la suite de la Création ?

2] Pourquoi cette politique elle importante dans notre vie ?

3] Quelle mission Oane s'était donnée ?

4] Comment expliquer la sérénité d'Oane devant la mort ?

5] Dans le texte, les humains commencent à se retrouver autour de la tombe d’Oane afin de prier. La façon dont est traité Oane ne rappelle-t-elle pas un statut qui est parfois donné aux hommes de nos jours ?

6] Pouvez-vous expliquer ce statut ?

7] La façon dont ces hommes et ces femmes se réunissent ne préfigure pas un usage que nous avons, nous aristotéliciens ?

8] Quel fût le premier des pêchés ? Comment est il apparut ?

9] Qu'est ce qui s'en suivit ? Au bonheur de qui ?

10] Que se passa t'il finalement à Oanylone ?

11] Est-ce que le problème fut réglé pour autant ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valerian2
Diacre de Brignoles
Diacre de Brignoles
avatar

Lieu RP : Marseille

Feuille de personnage
Nom et prénom: Valérian de Lemcel-Vonsage
Paroisse: Brignoles

MessageSujet: Re: i) Partie IV > 1 : Livre 1 : Création & Pré-histoire ;    Dim 19 Fév 2017 - 9:47

Valérian, prépara ses réponses.
Il se gratta la tête à la première question.


Bien éminence,
Ça commence fort avec la définition du néant !


Valérian sourit à son éminence.

Citation :
Qu’est-ce que le Néant ?
Je vais tenter de répondre à cette question en évitant de reproduire les phrases du livre de la Création.
Le Néant est le contraire de l’existence, à ne pas confondre avec le vide ou le rien, car même le vide, c’est quelque chose. Si ma choppe est vide, elle peut être rempli de quelque chose, hors le néant, c’est que même ce vide n’existant pas, l’idée même de ma choppe n’est pas possible. Dieu étant tout, le néant fait partie de lui.

Que crée Dieu au départ ? Comment nomme-t-il sa première création ?
Dieu créa un minuscule point, qui fit disparaitre le néant, Dieu appela ce minuscule point, l’Univers.

Que crée-t-il ensuite et pourquoi ?
Après avoir fait exploser l’Univers pour en faire des étoiles qui peuplèrent le vide, Dieu créa les deux mouvements. Les choses lourdes, vont vers le bas et les choses légères monte vers le ciel.

Comment fait-il pour que le mouvement existe ?
Dieu à changer l’ordre hiérarchique des 4 éléments, la terre, l’eau, le vent et le feu. En changeant l’ordre hiérarchique, chaque chose retournait systématiquement du désordre à l’ordre. Ca créa le mouvement que nous pourrions appeler, mouvement perpétuel.

Qu'est ce qui déclenche la réunion ?
Dieu souhaite donner sa véritable place à la seule créature qui comprenait l’Amour. Il déclencha donc, par la pensée, la Réunion pour poser la seule vraie question : Quel est le sens de la vie ?

Que se passe t'il lors de cette réunion ?
Dieu commença par poser la Question : Selon vous, quel sens ai-Je donné à la vie ?
La plupart des créatures ne savaient que répondre, mais une des créatures, que je ne nommerai pas, proposa à Dieu : Il s’agit d’assurer la domination du fort sur le faible !
Puis Dieu, sans répondre, demanda à Oane, l’humain qui était dans le doute, de s’exprimer, après quelques explications Oane conclut en disant à Dieu que le sens de la vie est : l’Amour

Quelles sont les conséquences de la réunion pour l'Homme ?
En réponse à la proposition d’Oane, Dieu fit des Humains, ses enfants. Dieu leurs dit que le talent des Humains étaient sa capacité à aimer ses semblables. Dieu fit de la créature qui proposait l’asservissement du faible par le fort, la Créature sans nom, qui viendrait tenter l’homme.
Dieu donna une âme à l’esprit humain. Il faudra que l’Humain vive pour se reproduire et pour vivre, il devra travailler.
Mais le plus important, Dieu a donné à l’Humain son Amour et attend de l’Humain de l’Amour en retour. Dieu indique également que, comme les parents, il pourra punir ses enfants.

Quelle est la politique de Dieu vis à vis du monde à la suite de la Création ?
Dieu n’intervint plus dans le monde, laissant les Humains vivre et prospérer.

Pourquoi cette politique elle importante dans notre vie ?
Cela donne à l’Humain la liberté de choisir entre suivre la voie de Dieu ou de s’en éloigner.

Quelle mission Oane s'était donnée ?
Oane s’est donné la mission de guider la communauté pour les emmener en un lieu où ils pourraient s’épanouir.

Comment expliquer la sérénité d'Oane devant la mort ?
Oane avait réussi sa quête et il avait aimé Dieu, il savait que Dieu l’aimait en retour et qu’il allait, après sa vie, être aux côtés de Dieu. Il partait pour une existence bien plus heureuse avec Dieu.

Dans le texte, les humains commencent à se retrouver autour de la tombe d’Oane afin de prier. La façon dont est traité Oane ne rappelle-t-elle pas un statut qui est parfois donné aux hommes de nos jours ?
Chaque dimanche, les humains s’unissent pour prier, ils entourent Oane, comme les humains d’aujourd’hui entoure le curé pour prier. Le statut de Clerc ressemble à ce qui se faisait avec Oane.

Pouvez-vous expliquer ce statut ?
Les humains ont besoin d’une personne qui va les guider spirituellement.

La façon dont ces hommes et ces femmes se réunissent ne préfigure pas un usage que nous avons, nous aristotéliciens ?
Oui, je pense qu’il s’agit de la messe dominicale.

Quel fût le premier des pêchés ? Comment est-il apparu ?
Le premier pêchés fut découvert par hasard, c’était l’Acédie, qui consiste à se détourner de l’amour divin.

Qu'est ce qui s'en suivit ? Au bonheur de qui ?
Les humains se laissaient vivre s’adonnant à la vie matérielle, plus qu’à la vie spirituelle.
La créature sans nom était heureuse de cela.

Que se passa-t-il finalement à Oanylone ?
La cité fut détruite.

Est-ce que le problème fut réglé pour autant ?
Bien sûr que le problème ne fut pas réglé, les clercs, aujourd’hui, sont encore confronté à cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hull19
Cardinal
avatar

Lieu RP : Arles

MessageSujet: Re: i) Partie IV > 1 : Livre 1 : Création & Pré-histoire ;    Dim 19 Fév 2017 - 18:26

Une longe lecture plus tard...

"Je vous donne raison pour vos réponses. J'aime bien aussi votre description du Néant. Fort bien comme leçon!

Avez-vous des questions?
"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valerian2
Diacre de Brignoles
Diacre de Brignoles
avatar

Lieu RP : Marseille

Feuille de personnage
Nom et prénom: Valérian de Lemcel-Vonsage
Paroisse: Brignoles

MessageSujet: Re: i) Partie IV > 1 : Livre 1 : Création & Pré-histoire ;    Dim 19 Fév 2017 - 18:41

Aucune question éminence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hull19
Cardinal
avatar

Lieu RP : Arles

MessageSujet: Re: i) Partie IV > 1 : Livre 1 : Création & Pré-histoire ;    Dim 19 Fév 2017 - 22:59

Hull sourit.

"J'attendrai donc vos réponses pour la leçon j) et les suivantes."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: i) Partie IV > 1 : Livre 1 : Création & Pré-histoire ;    

Revenir en haut Aller en bas
 
i) Partie IV > 1 : Livre 1 : Création & Pré-histoire ;
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Replay : un livre sur Metal Slug
» livre XXXVI, traitant de l'histoire naturelle des pierres
» Skavens - Clan Pestilens
» [Présentation d'Alicia d'Obsidienne] - Joueur D&D 3.5 et Pathfinder
» Création d'une histoire à partir du backgroud commun

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SIEGE DES ARCHEVECHES DE PROVENCE :: Cellule de Valerian2-
Sauter vers: