AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionRomeGardeRegistresLe Droit CanonLe Dogme

Partagez | 
 

 m) Partie VI : Livre 2 : Christos ;

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
hull19
Cardinal
avatar

Lieu RP : Arles

MessageSujet: m) Partie VI : Livre 2 : Christos ;   Jeu 23 Fév 2017 - 17:03

Citation :
Partie VI : Livre 2 : Christos ;


Ami Séminariste, je vous invite à lire ce document. Il s’agit d’un recueil résumé du Livre 2 de notre Dogme, concernant le Prophète Christos. Il reprend les grandes thématiques du livre 2 mais il vous est conseillé de tout de même lire l’intégralité de ce livre dans un futur proche. Vous y trouverez la Vita de Christos et ses Logions.

Citation :
Vita de Christos


Citation :
Chapitre 1
Citation :


Maria vivait avec Giosep qu’elle allait épouser. Tous deux étaient d’humbles vagabonds, mais ils vivaient dans la vertu, en remerciant le Très Haut des bienfaits terrestres dont ils jouissaient. En outre, ils éprouvaient l’un pour l’autre un amour sincère et pur de toute luxure, leur vie était heureuse. Mais un jour, Maria vit en songe un cavalier venant de loin aller à sa rencontre. Arrivé devant sa maison, il mit pied à terre. C'était un homme d’allure majestueuse; il s’avança, et dit :

«Maria, n’aie crainte, car l'Eternel t’aime et t’a choisie. Aussi, un enfant va naître de toi, que tu nommeras Jeshua. Il sera un guide, un messie habité par Dieu. Il portera la parole de Dieu partout ou il lui sera donné d’aller et sauvera le peuple de ses péchés en lui enseignant la sagesse d’Aristote.» …

L’Enfant naquit à Bethléem, en Judée. Du fait du surpeuplement qui existait alors dans cette ville, le couple ne trouva pour se loger qu’une bicoque délabrée car il n’y avait plus de place ailleurs pour les accueillir. Mais lorsque l’enfant naquit, celui-ci semblait, à tous ceux qui le virent, être touché par la grâce divine, car il rayonnait de douceur et de calme. Si bien que les gens du petit village se cotisèrent pour que cet enfant béni de Dieu ait tout ce qui lui était nécessaire.

C'est dans ce calme paisible que Jeshua commença sa vie, loin de toute violence et de toute perversion... jusqu'à ce que...

Citation :
Chapitre 2

Mais Maria était trop heureuse d’être mère de celui qui allait devenir le messie pour tenir sa langue. Un jour, alors qu’elle allait chercher de l’eau à la fontaine, elle croisa une courtisane du roi de Judée qu'on appelait Elitobias.

Elitobias, une érudite servant la voie de l'Etat avec zèle, vivait dans un luxe insultant, se nourrissant de viande, de poisson, de lait... Elle avait l’habitude de se moquer de la pauvreté de Maria. «Moi, disait-elle, je sers le grand roi de cette contrée, notre aimé Mistral IV.»

Alors, Maria fit une erreur, ne pouvant plus supporter les sarcasmes d’Elitobias, elle lui répondit :

«Et moi, je suis la mère du Messie, de Jeshua qui portera le message d’Aristote et qui détrônera tous vos faux rois, vos faux prophètes. Mistral IV est un roi temporaire, mon fils le dépassera en charisme et son nom restera gravé dans les mémoires vachement plus longtemps que ton Roi.»

Alors, Elitobias, qui croyait aux songes et aux signes du destin, fut troublée. Elle rentra précipitamment dans le palais de Mistral IV pour prévenir son maître …

«D’après ce que m’a dit Maria, Jeshua est le messie, le guide, le miroir de la divinité. Il est annoncé par Aristote et, selon sa prophétie, il apportera aux hommes la bonne parole et confirmera les préceptes Aristotéliciens. Son influence sera grande et ses disciples nombreux, qui se reconnaîtront en lui et en Aristote pour les millénaires à venir. Vous pourrez le trouver à Bethléem.»

A ces mots, Mistral sentit remonter en lui ses anciennes superstitions, ainsi que le souvenir de la foi qu’il avait su réprimer et noyer dans son cœur. Il avait peur de perdre son trône et prenait la menace au sérieux. Il appela ses gardes, et leur dit :

«Gardes, un homme vient de naître, qui pourrait conjurer contre moi. Il faut à tout prix empêcher cet homme de percer. Il se trouve à Bethléem. Trouvez le, et assassinez le ! Usez même d’astucieux systèmes de poulies et de charrettes si nécessaire !» …

Mais cette nuit là, Maria eut de nouveau un songe. Elle revit le cavalier qui lui avait annoncé la naissance de Jeshua. Il réapparut en effet à Maria et lui dit :

«Levez vous ! Prenez Jeshua avec vous, et allez sur les chemins. Dirigez-vous au Nord, vers l'Île de Chypre, et restez-y jusqu'à ce que l’on vous prévienne. Car Mistral veut faire périr le petit enfant.»

Alors, les parents se levèrent, prirent dans leur bicoque les miches de pain et épis de maïs qui leur restaient et partirent sur les routes, en direction du Nord, en passant par Tarotshé. Ils sortirent des frontières du pays et restèrent en Chypre aussi longtemps que la menace grondait.

Mistral IV, apprenant par ses gardes que les parents avaient fui le pays, devint furieux, et dit : «Gardes, ce Giosep et cette Maria sont des provocateurs ! Ils m’ont roulé et se sont rendus coupables de trahison en refusant un édit royal ! Qu’on les éradique immédiatement ! Quant à ce fils de... de... il ne doit pas percer. Allez et trouvez tous les enfants de moins de deux ans, et éradiquez-les, à la fronde s’il le faut.»

Alors, les fameuses armées de Mistral, celles qu’il était capable de lever en masse en quelques heures seulement, se mirent en marche et sillonnèrent tout le pays. Ils arpentèrent chaque halle, chaque gargote, laissant des messages sur lesquels ils demandaient à la population de présenter aux autorités tous les enfants de moins de deux ans, pour les recenser, soi-disant.

Et les gens du peuple, innocemment, présentèrent leurs enfants ou leurs filleuls aux autorités sans se rendre comptent du drame qui se jouait …

A Chypre, les parents apprirent la mort de Mistral et pensèrent que la vie de Jeshua n’était plus menacée. Alors, Giosep et Maria décidèrent de rentrer en Judée, cependant, ils choisirent de ne plus appeler leur fils Jeshua mais Christos, pour ne pas attirer l’attention sur lui. Ils arrivèrent enfin dans une ville appelée Nazareth, afin que s’accomplisse la prophétie d’Aristote.

Citation :
Chapitre 3

… Christos aimait s’occuper de ces placides animaux. Quand on lui demandait pourquoi, arguant du pénible labeur que cela nécessitait, Christos répondait :

«Dieu a donné aux humains le travail pour qu’à chaque jour ils méritent le titre d’enfants de Dieu. Il a permis que nous soyons supérieurs aux animaux et seuls bénéficiaires du don du langage, car nous sommes les seuls capables d’aimer sans attendre en retour. J’aime ces moutons et ces brebis, non pas en espérant qu’ils me le rendent, mais parce qu’ils sont comme nous issus du Très Haut.»

Christos aidait souvent son père à transporter les stères de bois du marché jusqu’à chez lui, et là, il regardait Giosep travailler le bois et lui donner forme.

Un jour, Christos dit :

«Ce bois que tu rabotes et que tu coupes pour en faire des charpentes, il est à l’image du monde. Car le monde sera tel que nous le bâtirons, aussi, il est important d’y travailler avec amour et attention. Les hommes sont des charpentes, et je ferai de ces charpentes le faîte de mon Eglise.»

Maria préparait un repas en mélangeant du pain rassis à du maïs et du lait, le tout bouilli dans une jarre.

Christos dit :

«Ce plat que tu prépares, ces aliments que tu mêles et que tu mélanges sont à l’image des peuples. Car ceux-ci doivent se mêler pour s’entendre et dégager ce parfum de bonheur.»

En retour, Giosep et Maria enseignèrent à leur enfant les principes de la vertu. Christos faisait preuve dans ce domaine d’une réceptivité extraordinaire. Il ne faisait pas qu’appliquer ces préceptes : il les vivait pleinement. Il respirait la vertu et tous les habitants du village étaient inspirés par son exemple …

C’est ainsi qu’il passa son enfance, et qu’il grandit, au milieu de gens qu’il aimait.

Citation :
Chapitre 4

Ayant atteint l’âge d’homme, Christos décida de quitter ses parents pour parcourir le monde et aider son prochain. Il partait avec des idées mûres sur les préceptes d’Aristote et le message de Dieu.

Ayant fait ses adieux à ses parents, il s'aventura dans le pays de Judée. Il marcha sur des chemins escarpés, grimpa des montagnes, descendit dans des plaines, traversa des cours d'eau.

Durant ces pérégrinations, il rencontra de nombreuses personnes, souvent vêtues de haillons, qui cherchaient dans l'errance et la méditation un moyen de parvenir à une plus ample vérité. Christos échangea avec nombre de ces gens, s'enrichissant de leurs expériences et de leur humanité.

Mais il vit aussi des farfelus et des extravagants, des fous et des reclus... Bref, nombre de ces vagabonds refusant par misanthropie la société et la vie dans la Cité. Alors, il essayait d'approcher ces pauvres humains; il leur parlait et leur expliquait la philosophie d'Aristote et les enseignements du Très Haut.

«Aristote, disait-il, nous a appris que l’homme sage doit participer à la vie de la Cité. Vous mes amis, regardez-vous, êtes-vous heureux ? Perdus que vous l’êtes au milieu de nulle part ? Mes amis, sachez que l’Homme est par nature fait pour vivre au sein de ses semblables.»

Ayant dit ceci, Christos nuança tout de même ses paroles :

«Mais n’oubliez pas, que chaque homme a aussi une individualité, chaque homme à son propre rapport avec Dieu et avec la nature. Aussi, pour ne pas oublier cela, et pour trouver en soi les ressources nécessaires à la réflexion, il plaît à Dieu que vous puissiez vous retirer de temps en temps, au-delà de la ville, afin de vous retrouver en vous même, dans la prière et le calme, la quiétude et la concentration de votre esprit. Les retraites sont alors un moyen pour vous de prendre du recul par rapport à la cité, et ce pour mieux la contempler, et mieux l’apprécier.»

Sa force de persuasion était telle que tous ceux qui croisèrent sa route furent convaincus. Et après avoir parlé avec Christos, ils retournaient en Ville en suscitant chez les citadins la surprise et la joie. En effet, les temps étaient durs, et chacun attendait la venue d’un messie. Or, ces jours-là, beaucoup rentrèrent chez eux en disant :

«Christos, notre sauveur, est arrivé, comme il est dit dans la prophétie d’Aristote.»

Mais Christos ressentait lui-même le besoin de se retirer pour se recueillir. Aussi, il s’isola du monde en pénétrant dans le désert. Sa retraite spirituelle dura quarante jours.

Citation :
Chapitre 5

Jeshua marchait dans les dunes depuis plusieurs jours déjà … Il lui semblait qu’une force mystérieuse lui disait :

«Arrête-toi, Christos, fils de Giosep, car tu es fatigué. Si tu voulais, tu pourrais rebrousser chemin et rentrer chez toi sans t’épuiser.»

C’était la créature sans nom, celle qui vivait dans l’ombre depuis les millénaires. Elle ne voulait pas qu’à travers Christos, la parole d’amour de Dieu se répande. Aussi avait-elle décidé de le corrompre afin de le détourner de sa juste mission. Si les racines de l’arbre noircissaient, alors celui-ci ne porterait jamais de fruits.

Christos répondit, sans se mettre en colère : «Va t’en, toi qui veux me perdre dans la paresse, je continuerai car le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt !»

Et la tentation de se reposer se dissipa en cet instant.

Alors, comme Jeshua jeûnait depuis des jours, il avait de plus en plus faim. Il sentait son ventre lui faire mal, et monter en lui l’envie d’ouvrir les dernières provisions qui lui restaient dans son sac en peau de mouton. La créature sans nom, douée d'un charisme exceptionnel lui disait :

«Ouvre ton sac, Christos, fils de Giosep, car tu as faim. Mange donc cette viande et ce pain qui t’attendent … tu pourras toujours te réserver les sauterelles pour plus tard.»

Christos répondit, sans se mettre en colère : «Va t’en, toi, qui veux me perdre dans la gourmandise. Je n’ouvrirai pas mon sac car le monde appartient à ceux qui savent endurer la faim.»

Alors, comme Christos se trouvait au beau milieu du désert, il était fatigué, il avait faim et son corps lui faisait mal. Soudain, en fixant l’horizon devant lui, il eut l’impression de voir une oasis. C’était un petit lac entouré de buissons verts. L’oasis était encore loin mais des cris d’allégresse semblaient s’en échapper. Christos reconnut bientôt des silhouettes féminines, nues, se baignant dans cette pièce d’eau. La voix mielleuse de la créature sans nom lui dit :

«Qu’attends-tu, Christos, fils de Giosep, pour les rejoindre ? Ne les entends-tu pas ? Ces belles femmes qui t’appellent ? Elles sont toutes à toi ! Et belles, en plus, mazette !»

Christos répondit, sans se mettre en colère : «Va t’en, toi, esprit du vice, qui veux me perdre dans la luxure. Je ne détournerai point ma route, car aussi vrai que je te le dis, cette oasis et ces femmes vont disparaître de ma vue.» …

Alors, comme Jeshua continuait à marcher, sans regarder derrière, il vit soudain devant lui l’image d’une grande ville. Cette cité était magnifique, les tours et les murailles ne cachaient pas sa richesse et les maisons, ornées d’ors et de pierreries, semblaient briller de mille feux. Un dôme dépassait, qui devait être celui du palais du maire. La douce voix de la créature sans nom dit à Christos :

«Vois cette belle ville, et contemple sa richesse ! Si tu voulais, tu pourrais en devenir le maire, avec les talents que tu possèdes. Car en vérité, tu as été capable de jeûner durant toutes ces journées, ainsi que de résister à la fatigue et aux femmes ; Ta force de caractère pourrait t’emmener très haut !»

Alors Christos lui répondit, sans se mettre en colère :

«Va-t’en, Esprit malin, qui veux me perdre dans l’orgueil, l’envie et l’avarice. Je résisterai aussi à ces péchés là, car il est petit, celui qui cède à ses pulsions.»

Alors la créature sans nom dit : «Dieu nous a faits ses enfants car nous sommes les plus fortes de ses créatures. Parmi nous, je suis sa préférée, car je suis le plus fort de nous tous. J’ai compris que le fort devait dominer le faible, comme vous les hommes, dominez les vaches, les cochons et les moutons. Dieu nous a donné Sa création pour nous apporter les mille plaisirs du corps et de l’esprit que nous méritons. Y a-t-il un meilleur moyen de Lui rendre hommage autrement qu’en sachant apprécier les plaisirs de Sa création ?»

Mais Christos lui rétorqua : «Va-t’en, tentatrice ! Ta présence parmi la création est une injure faite à Dieu. Sache que tu n’es pas Sa préférée. Il t’a reléguée dans l’ombre, car tu t’es détournée de Sa lumière. Il ne t’a laissé la parole qu’afin d’éprouver la foi des humains.»

Et il ajouta : «Dieu nous a fait ses enfants car nous sommes les seuls à savoir aimer sans rien attendre en retour. Il ne t’a pas donné ce titre, vile créature, car tu n’as pas de cœur, car ton âme est noire comme le jais. Certes, le monde, créé par Dieu, est source de mille plaisirs. Certes, c’est lui rendre hommage que de savoir les apprécier à leur juste valeur. Mais ces plaisirs doivent être dégustés et non dévorés. Seule la vertu, telle que nous l’a enseignée le prophète Aristote nous permet d’apprécier les plaisirs du monde sans tomber dans le vice et le péché.”

Il conclut enfin : “Car le péché est la négation de la perfection divine. L’abandon total aux mille plaisirs s’accompagne du détournement de l’amour de Dieu, alors que le goût simple et mesuré de la création divine ne peut se faire que dans l’amour de son créateur. Alors va t'en !»
Aussitôt, la créature sans nom, qui rampait à ses côtés, disparut, le laissant aux portes du désert. Il avait traversé ce pays de tentations durant quarante jours.

Citation :
Chapitre 6

En ces temps là, la société était en crise. Plusieurs cultes païens existaient. … D'autres, regroupés en une Eglise puissante, se réclamaient de la pensée d'Aristote mais avaient détourné son message ou le comprenaient mal …

Ainsi, les habitants du pays de Judée vivaient dans un état de péché permanent et détournaient de plus en plus leurs regards de la transcendance et du Très-Haut. Il existait bien quelques personnes qui essayaient de rassembler les hommes de bonne volonté, mais la plupart se vautraient dans le stupre et la fornication. Cette vie de plaisir venait s’ajouter à la préférence des gens pour l’individualisme plutôt que pour la communion et la communication. Beaucoup d’âmes égarées voulaient se tourner vers leur guide spirituel, le grand prêtre du pays, le chef de tous les prêtres, mais celui-ci leur opposait un silence total. C’était un homme avare de mots, qui répondait à chaque question, laconique ; «N’ayez pas peur, ouvrez vos bras à Aristote.»

Christos, après son épreuve dans le désert, était redescendu dans la civilisation, et prêchait la bonne nouvelle et le message d’Aristote sur les places des villages. Il disait :

«Repentez-vous ! Confessez-vous de vos pêchés, car le Très Haut n’aime pas voir le vice envahir la cité des Hommes.»

Plusieurs personnes écoutaient son discours. Deux d’entre eux, un artisan et son apprenti, furent frappés par la justesse de ses mots. Il s’agissait de Titus … et de votre serviteur, Samoht. Nous nous approchâmes de Christos, accompagnés bientôt par notre ami Paulos, un paysan. J’étais le plus jeune, j’étais encore un enfant… mais c’est moi qui ai pris la parole :

«Maître, tes paroles sont si justes, enseigne-nous le message d’Aristote !»

Alors, Christos, touché par mon innocence juvénile, nous répondit :

«Alors suivez-moi. Vos métiers, vos biens, vos outils pourront attendre que vous terminiez votre mission. Car pour l'heure, je vais vous faire bâtir, en l'Eglise, le plus bel instrument de paix. Sachez le, je vous enseignerai la sagesse d’Aristote et le message de Dieu, mais vous devrez apprendre l'altruisme et l'abnégation.»

Nous nous mîmes tous en route en direction de la grande basilique. Celle dans laquelle résidait le chef de tous les prêtres. L’homme dormait d’un sommeil profond devant une assemblée ébahie qui guettait le moindre mouvement de paupière ou de narine, attendant la cérémonie de son petit lever.

Christos, accompagné de ses trois compagnons, entra dans la salle et déclara :

«Toi, homme de peu de foi, qu’attends-tu pour t’occuper des aspirations des croyants ? Que ne réponds-tu pas à leurs angoisses ?»

Christos se tourna vers nous, et dit :

«Sachez-le : Cette homme représente le vice infiltré en plein cœur du temple de Dieu. Il est à votre image, mes amis, qui dans vos cœurs de créatures de Dieu, connaissez aussi tous le péché.

Voyez-vous, celui qui ne bouge pas le petit doigt, celui-là ne mérite pas d’être roi.

Et toi, roi des croyants, que fais-tu ? Ne vois-tu pas ton Eglise qui s’effondre ? N’entends-tu pas les cris des âmes, qui, hors de ton palais, s’époumonent à t’appeler à l’aide ?»

Réveillé par la voix de Christos, le grand prêtre, avare de mots, mais qui ne les mâchait pas, se leva, et dit :

«Mais pour qui il se prend ce mec ? Non mais si t’es pas content tu te casses, mon grand ! Faudrait voir à pas commencer à trop me casser mes saintes burnes !»

A ces mots, Christos se retourna vers ses disciples, et leur dit :

«En vérité, je vous le dis ; il vaut mieux entendre ça que d’être sourd ! Cet homme tombe dans les excès dénoncés par Aristote, il reste silencieux la plupart du temps, et quand il se réveille, c’est pour trop parler ; il ne connaît pas la vertu de tempérance, ni le principe du juste milieu.»

Citation :
Chapitre 7

Ah, je me souviendrai toujours de ce jour mes amis. Après être sortis de la Basilique, nous nous sommes retrouvés face à un groupe de badauds qui s’invectivaient vertement. Nous avons essayé de retenir Christos mais celui-ci ne nous écouta pas et s’approcha de ce groupe de querelleurs.

Il comprit bien vite la cause du conflit ; Face à lui, un mouton se trouvait perdu, terrorisé par les cris qui venaient de toutes parts. A sa gauche se trouvaient des adeptes des cultes païens, leur prêtre en tête, tenant à la main un long couteau. A sa droite, se tenaient quelques-unes de ces personnes déçues par le paganisme, et suivant les préceptes d’Aristote d’une manière moins détournée que les premiers, ils s’étaient massés pour dénoncer le sacrifice barbare qui se préparait en l’honneur des faux dieux. Chaque camp hurlait avec véhémence contre l’autre.

Alors, Christos appela à lui, calmement, l’animal terrorisé, qui avança docilement vers lui. Christos le caressa, puis lui dit de s’en aller. Le mouton partit alors. Mais le prêtre païen était furieux de rage contre Christos et s’avança vers lui, le couteau levé. C’est alors que nous nous interposâmes, Titus, Paulos et moi, bientôt rejoints par neuf autres de ces déçus du paganisme qui s’étaient assemblés à droite. Mais Christos s’avança et fit face au prêtre. Celui-ci croisa alors le regard de l’être béni de Dieu, s’en détourna, et partit sans mot dire, la foule des infidèles le suivant d’un air penaud.

Alors, nous autres, les douze qui avaient voulu défendre Christos, hébétés par ce qui venait de se passer, nous nous tournâmes vers ce mystérieux homme.

L’un de nous, quelqu’un que je ne connaissais pas encore, mais qui se nommait Thanos, lui dit : »Mais qui es-tu donc, toi dont le calme et la douceur ont raison de l'infamie païenne ?».

Alors, Christos lui répondit : «Mon nom est Christos, fils de Giosep et de Maria. Les gens qui me connaissent disent de moi que je suis le messie, car j’aime Dieu et j’aime mes semblables. … Il est bien triste que tant d’enfants de Dieu se détournent de Son amour. Il leur faut des guides afin que les erreurs passées soient effacées. Voulez-vous me suivre et vous faire apôtres de la parole de Dieu ?»

Les neuf qui ne connaissaient pas Christos se regardèrent et demandèrent à celui qui se disait le messie ce qu’il fallait faire pour le rejoindre.

Citation :
Chapitre 8

«Mes amis, nous dit-il, ne vous méprenez pas ! Ceux qui ne vivent pas dans l’amitié que nous a enseignée Aristote, ceux-là brûleront dans les mille flammes de la géhenne. Ceux qui cèdent trop vite aux tentations des péchés, ceux qui ne connaissent pas la vertu, ceux-là finiront dans la souffrance et la solitude de l’enfer. Ceux qui cèdent à la voix mielleuse du pêché, qui sont séduits par son discours, ceux-là iront l’accompagner dans les ténèbres. Ceux qui, enfin, se passent de l’amour de Dieu et des Hommes, qui se réfugient dans leur seul égoïsme, ceux là termineront dans l’abîme infernal.

Aussi, prenez garde, mes frères, soyez attentifs et vigilants ! Car nul ne le connaît, le jour où les prophéties se réaliseront. Nul ne le connaît, le jour de la fin des temps.»

Christos reprit : «Vous voulez me rejoindre ? Dans ce cas ayez beaucoup d’amour dans votre cœur et suivez-moi, partagez un peu de votre temps et de vos biens le temps que vous pourrez. Par contre si vous choisissez de vous dédier à guider les autres sur la voie de l'Eglise, il faut alors que vous soyez prêts à lui donner priorité. Alors prenez de la distance par rapport à vos biens, à votre travail, à vos outils, dites au revoir à votre famille … Préférez la simplicité et l'instruction aux riches ornements et aux beaux atours. Car notre tâche nécessitera de sacrifier le bien personnel au bien collectif, mais en échange vous serrez sacrés parmi les enfants de Dieu.»

Et il dit encore : «Si votre famille ne vous comprend pas, priez pour elle, car elle n’est pas sensible au message de Dieu. … Si vos amis vous retiennent, alors entraînez-les avec vous, afin qu’ils découvrent aussi le message de Dieu.

La route sera longue et tortueuse, le chemin rugueux, l’horizon lointain, la pente forte, mais le soleil qui brille guidera nos pas. Nous connaîtrons des difficultés, des disputes, des colères, des passions, des hésitations, mais l’amour et l’amitié nous uniront et Dieu nous portera.

Si vous voulez vivre seuls, raisonner seuls, manger seuls, marcher seuls, alors rien ne vous en empêche, passez votre chemin et réfugiez-vous dans l’amour de vous-mêmes. Mais si quelqu’un vous frappe, et que vous tombez, alors personne ne vous relèvera.

Si vous voulez vivre en groupe, dans l’amour de votre prochain et de la multitude, si vous voulez partager votre pain avec vos amis, marcher avec vos frères, alors venez à moi et suivez-moi. Dans ce cas, si vous tombez sur le chemin, un frère s’arrêtera, et vous relèvera.»

Et nous, ses amis, écoutions et approuvions Christos. Nous étions désormais douze pour le suivre. Les six femmes se nommaient Calandra, Adonia, Hélène, Kyrène, Ophelia et Uriana. Les six hommes se nommaient Daju, Thanos, Paulos, Nikolos, Titus et Samoht, votre serviteur.

Citation :
Chapitre 9

Et c’est de cette manière, que, marchant de village en village, Christos répandait ainsi la bonne nouvelle aux foules qui s’assemblaient. …Il disait souvent : «Aimez Dieu comme Il vous aime et vivez en toute amitié avec les autres, comme vous l'a enseigné Aristote.» ou «Croyez en l’amour que Dieu vous porte, et aimez Dieu à votre tour.»

Et il répétait : «Que votre solidarité ne connaisse pas de frontières ! Souvenez-vous, mes amis, qu'Aristote vivait dans un pays d'une culture peu tolérante pour les autres peuples. Aujourd'hui, vous devez savoir que toutes les nations ont droit au respect et leur peuple à la liberté et à notre amitié.»

Enfin, il concluait : «De même, la solidarité et l'amitié ne sauraient être restreintes par une frontière des sexes. Car les hommes comme les femmes sont les enfants de Dieu et en cela, ils sont égaux.»

Sur les chemins, il croisait des malades et des infirmes, et nous vîmes alors des choses extraordinaires : Les muets se remettaient à parler, les sourds à entendre, les aveugles à voir, les paralysés à marcher, et tous, ensuite, bénissaient Christos et le Très haut, les louant et les remerciant de toute leur âme.

Un jour, notre petite troupe de pèlerins recueillit même un homme très mal en point, qui venait de se faire agresser sur une route. L’homme n’avait plus grande force, et ne pouvait plus marcher. Il n’avait pas bu depuis longtemps. Alors Christos se tourna vers l’homme assoiffé, et lui dit :

«Lumière, Lumière, tu es la lumière au sein de la lumière. Ta foi te fait lumière et t’a sauvé !»

Nous n’avions pas d’eau pour abreuver le pauvre homme, mais Christos nous dit : «Ce n’est pas grave, il n’aura qu’à boire dans mes mains.»
Et, de fait, Christos s’agenouilla, joignit ses mains pour en faire une coupe, qu’il tendit au malheureux. Alors, l’incroyable arriva, les mains de Christos se remplirent d’eau et l’homme put boire à satiété. Lui ayant ensuite donné à manger, nous le chargeâmes enfin sur nos épaules et le conduisîmes jusqu’au village où il habitait.

Et ceci n’est qu’un exemple des nombreuses choses prodigieuses que fit Christos lorsque nous l’accompagnons sur les chemins. Ces choses, il les faisait toujours de la manière la plus naturelle et la plus simple qui puisse être, alors que nous étions subjugués par le pouvoir que Dieu mettait en lui …

Citation :
Chapitre 10
Nous atteignîmes cette grande et belle cité [Jérusalem] par un jour magnifique …

Un bruit assourdissant régnait en cette place. Et pourtant, quand Christos monta sur la fontaine centrale, et qu’il s’adressa à la population, tout le monde se tut et l’on n'entendit bientôt plus que sa voix claire et douce qui se détachait dans le silence.

«Hommes et femmes de Jérusalem, disait-il, venez à moi entendre la parole de Dieu. Il ne veut que partager avec vous Son amour. Aimez-le et vous Le comblerez de joie, et cette joie sera aussi dans vos cœurs. Détournez-vous de Son amour et Il sera peiné, et cette peine sera votre plus grande souffrance.»

Alors, la foule s'amassa autour de Christos et nombreux furent ceux qui lui demandèrent : «Mais qui es-tu donc, étranger, pour connaître si bien l’amour de Dieu ?»

Christos leur répondit : «Je suis Christos, de Nazareth, le messie, guide et miroir de la divinité, habité par Dieu. Aristote le prophète avait annoncé ma venue, afin que je vous montre la voie à suivre pour vivre dans l’amour du Très Haut.»

Mais certains doutèrent encore de ses paroles et dirent : «Comment savoir si tu dis vrai, si tes paroles ne sont pas que du miel destiné à nous boucher les oreilles pour que nous nous détournions de Son véritable message ?»

Christos leur répondit : «Ecoutez vos cœurs crier la foi qui se nourrit de mes paroles. Regardez donc autour de vous ! Dans la foule autour de moi amassée, nombre d’infirmes se sont levés pour venir m’écouter, nombre de malades m’ont approché, sans même se rendre compte qu’ils sont enfin guéris, nombre de vieillards fatigués ont retrouvé une nouvelle jeunesse en m’écoutant. Car Dieu nous aime, et ceux qui m’écoutent et me croient sont bénis de Lui.»

Alors tout le monde fut stupéfait, et la nouvelle se répandit dans toute la ville que Christos, annoncé par Aristote, était enfin arrivé. Dès lors, tous ceux qui avaient en eux une trace quelconque d’humanité et de divinité, tous ceux qui avaient depuis longtemps détourné la tête des cultes païens … cherchèrent à rejoindre le messie sur la place pour l’entendre parler.

Si bien qu’au bout d’une demi-heure, les rues se trouvaient encombrées de passants, on n’arrivait plus à circuler au cœur de la ville tandis que les bordures étaient désertées …

Mais ce n’était pas tout mes enfants… ah, si vous aviez vu cela ! Si vous aviez vu ces tavernes se vider, cette pagaille s’installer ! Votre jeunesse rebelle vous aurait fait aimer cet homme qui défiait l’ordre établi ! Imaginez-vous, mes chers amis, toutes les activités abandonnées ? La cité paralysée, l’économie bloquée ?

Citation :
Chapitre 11

… «Voyez-vous, cette ville de Jérusalem étouffe par son manque d’humanité. Vous avez perdu les valeurs de partage et d'amitié. Mais vous avez surtout perdu la plus importante d'entre toutes : la fraternité ! Cette ville étouffe par manque d’amour et de charité ! Voyez la soupe populaire ; Qui parmi vous la fait vivre et donne son pain aux vagabonds ?»

Et les gens baissèrent les yeux, honteux qu’ils étaient de ce manque de générosité. L’une d’entre eux, qui se nommait Natchatcha, leva vers le messie son visage pur, et lui dit :

«Maître, que devons-nous faire pour vivre dans l’amour de Dieu ?»

Alors, Christos lui répondit avec un sourire :

«Les fidèles de Dieu, ceux qui ont appris l’enseignement d’Aristote et qui veulent suivre le chemin que je vous trace, doivent former une communauté de vie. Cette communauté trouvera son sens, et permettra à chacun de vivre dans la vertu, si elle est unie dans l’amitié réciproque que chacun de ses membres se doit d’éprouver envers ses semblables. Pour vous guider, je serai le père de cette communauté, j'en érigerai les principes, et mes successeurs feront de même après moi.»

Christos se tourna alors vers Titus, qui se tenait là…

«Titus, approche, mon ami. Titus, tu es fort et vigoureux. Tu peux m'aider à porter cette communauté; tu seras mon second. Va Titus, tu es un titan, et c’est avec l'aide de ta force que je bâtirai une Eglise titanesque !»

Et il se tourna vers les autres apôtres, qui faisaient la moue :

«Et vous, regardez-vous, voilà que vous oubliez la vertu et devenez jaloux ! Pour faire partie de ma communauté fidèle à Dieu, il faudra tendre à être pur de tout péché. Or je vois bien qu’aucun d’entre vous ne peut prétendre à un tel niveau de vertu. Tournez vous alors vers Dieu, mes frères, car lui est miséricordieux et vous donne l’occasion de vous laver de vos fautes et de suivre le chemin que je trace pour vous.

N’ayez donc pas de peine, car vous serez mes successeurs, vous diffuserez la bonne nouvelle à toutes les nations en aidant Titus à créer mon Eglise. Ainsi, Je fais de vous les guides des fidèles de Dieu. Soyez des modèles pour ceux qui vous écoutent, car un mauvais guide trace une mauvaise route à ceux qui le suivent. Je vous nomme episkopoi (évêques). Vous aurez à charge le Salut de vos ouailles.»

Citation :
Chapitre 12

Quand cette foule se dissipa, la place se vida, laissant place aux gardes du procurateur romain qui gouvernait cette ville …

Arrivé au milieu de la place, le tribun arrêta sa marche, et se pencha du côté de son centurion. Ce dernier prit alors la parole et nous dit de sa grosse voix brutale :

«Toi, Christos, qui te dis le messie et le guide ! Je t’accuse de nuire à la cité. Tu es un fomenteur de révoltes, un dangereux révolutionnaire, un homme de troubles. Aussi je te demande de me suivre !»

Christos dit alors au centurion : «En vérité, je te le dis, homme de peu de foi, je ne te suivrai pas, mais c’est toi qui vas me suivre !»

Alors, le tribun ordonna au centurion de se saisir de Jeshua, et l’officier, à la mine féroce s’approcha de nous d’un pas lent. Je respirais au rythme de la cadence de ses pas, essayant de calmer mon cœur qui s’affolait. Lorsqu’il se trouva face à Christos, le Centurion le regarda dans les yeux, intensément et assez longuement. Lorsque soudain, il ôta son casque et s’agenouilla en embrassant la robe de notre messie.

«Maître, supplia-t-il, à la plus grande surprise du Tribun, je voudrais vous suivre et faire partie de cette communauté de fidèles. Comment dois-je faire ? Je sais que je suis pécheur et que j’ai servi un mauvais maître, mais je t’en prie dis-moi comment me faire pardonner !»

Alors Christos le releva et sous le regard médusé des romains, il prononça ces mots : «Pêcheur, je te le dis, tu viens de faire la première chose que les fidèles devront faire ; se montrer humble et confesser leurs pêchés. Ainsi, si ton repentir est sincère, Dieu te pardonnera.»

Christos se tourna vers ses apôtres, et continua : «Et vous, que les fautes commises par vos ouailles leurs soient pardonnées si elles viennent les confesser à vos oreilles, et qu’elles sont prêtes à en faire pénitence.»

Alors, Christos s’approcha de la fontaine, et dit encore au Centurion : «Par la grâce de l’éternel, je vais te laver de tes péchés, te ceignant d’eau, source de vie.»

Et Christos plongea ses mains jointes sous le jet de la fontaine. Il aspergea la figure du Centurion de cette eau en chuchotant ces paroles :
«Seigneur, daigne laver cet homme de ses péchés, et lui donner ainsi une nouvelle naissance parmi les croyants ! Au nom du Très Haut. Amen»

Puis, Christos nous appela à lui, nous, ses apôtres et, les uns après les autres, il nous ceignit de l’eau de la fontaine, nous faisant naître à nouveau. Il nous dit : «Mes apôtres, tant hommes que femmes, par la grâce de Dieu, vous voici lavés de vos péchés. A vous de Lui montrer que vous saurez vous montrer digne de cet honneur qu’Il vous fait, car le sacrement du baptême pourra être retiré à quiconque en trahit l’essence.»

Notre émotion était à son comble quand nous nous aperçûmes en plus que les soldats avaient déserté la place.

Citation :
Chapitre 13
… La fille de nos hôtes vint avec une cruche pour nous servir du pain et du vin, et Christos reconnut celle qui se nommait Natchiachia, et qui lui avait adressé la parole précédemment, lorsqu’elle était dans la foule.

Natchiachia versa le vin de sa cruche dans la corne de Christos, et lui demanda : «Maître, je suis en proie à un profond tourment de l’âme. Je voudrais te suivre dans tes enseignements, mais j’aime un homme qui habite ici et qui se nomme Yhonny, je l’aime d’un amour pur comme le diamant… Que dit Aristote sur cette question que dois-je faire ?»

Christos lui répondit : «Lorsque deux êtres s’aiment d’un amour pur et qu’ils souhaitent perpétuer notre espèce par la procréation, Dieu leur permet, par le sacrement du mariage, de vivre leur amour. Cet amour si pur, vécu dans la vertu, glorifie Dieu, parce qu’Il est amour et que l’amour que les humains partagent est le plus bel hommage qui puisse lui être fait. Mais, comme le baptême, le mariage est un engagement à vie, aussi, Natchiachia, choisis judicieusement, car une foi que tu auras épousé Yhonny, vous ne pourrez plus vous y soustraire.»

Comme cette dernière parole frappa d’étonnement l’assemblée, car l’époque était à l’inconstance… Natchiachia reprit :

«Mais, Maître, serons-nous assez forts pour respecter ce choix et vivre sans pécher ?»

Alors, Christos répondit : «Sachez que l’humain doute par nature, que l’amour qu’il éprouve pour Dieu et pour son prochain peut connaître autant d’aléas que la vie comporte d’épisodes. Mais la vie vertueuse est un idéal vers lequel l’homme doit tendre. Et, dans son chemin, il peut s’aider de la prière. La prière peut en effet être le moyen pour tous de renforcer cet amour lorsque cela est nécessaire. N’oubliez pas non plus la puissance de la miséricorde, qui est accordée grâce à la repentance.»

Christos se tourna ensuite vers nous, ses apôtres, qu’il avait nommés ses évêques. A nous, il nous dit :

«Et vous, mes amis, comme vous devrez vous consacrer totalement à Dieu, comme je le fais moi-même, l’amour humain dans ce qu’il a de personnel vous sera à jamais interdit. Vous vous devrez d’aimer l’Humain, et non un humain. En ceci, le mariage n’est pas pour vous, ni même l’acte de chair. Ces restrictions seront le prix de votre engagement. Apprenez à les aimer, car elles vous permettront de mener à bien votre sainte mission.»

Mais Daju, dont la chair était très faible, regardait Natchiachia avec un regard concupiscent. De plus, il était d’un tempérament jaloux et n’appréciait ni l’amitié que Christos portait maintenant au Centurion, ni la bienveillance particulière dont il me gratifiait du fait de mon âge innocent. C’est pourquoi il se leva, courroucé, et s’écria : «Et pourquoi devrais-je respecter cela ? Pourquoi devrais-je obéir à un engagement qui ne me concerne pas ? Tu nous donne le rôle d’évêque, mais garde jalousement pour toi le commandement de l’Eglise…

Alors, Christos lui répondit calmement : «Aussi vrai que je te le dis ; je garde le commandement car je suis le plus à même de vous guider. Sur tout le chemin que nous avons parcouru, j’ai été un père, un papa qui a veillé sur vous. Mais cela se paye de fatigue et de labeur. Mon rôle est difficile et usant… je m’épuise car je porte sur moi le poids de la souffrance des hommes.

Mais toi, Daju, je vois la colère envahir ton visage, sache que la tâche que je vous ai confiée à vous autres est tout aussi noble, et sera aussi difficile. D’ailleurs, pour vous seconder dans votre tâche, vous pourrez nommer d’autres guides, d’autres bergers qui auront la charge de chaque cité. Et vous serez ceux qui décideront quel successeur me trouver.»

Mais Daju était furieux, il devait avoir été corrompu par la créature sans nom car il ne pouvait en entendre d’avantage et il quitta la pièce sur ces entrefaites. Christos le regarda sans rien dire et son regard se posa alors sur le Centurion, qui était avec nous, et dont le glaive à son côté, tintait d’un cliquetis métallique. Christos se tourna vers lui et précisa :

«Et toi, Gracius, si tu veux aussi devenir un de ces bergers qui guidera le troupeau, tu devras laisser choir ton glaive, car les armes sont sources de violence alors que tu auras mission d’enseigner l’amitié et l’amour de Dieu.»

Et il nous répéta, à tous : «Alors, mes apôtres, mes clercs, à vous de suivre le chemin que j’ai tracé pour vous, à vous de baptiser ceux qui veulent entrer au sein de la communauté des fidèles de Dieu, à vous d’ordonner prêtres ceux qui souhaitent se consacrer tout entier à l’amour de Dieu, à vous d’entendre en confession ceux qui souhaitent être lavés de leurs péchés, à vous de punir ceux qui ne sauront pas se montrer dignes de l’amour de Dieu et de prêcher au moins chaque dimanche, afin que la volonté du Très Haut s’accomplisse.»

Après cet épisode, Christos nous parla longtemps de son Eglise, de la manière dont il la voulait, avec une tête et des ramifications, tel un corps vivant. Et le tout reposant sur une base solide ; le peuple des croyants. J'ai pris note, par ailleurs, de toutes ses recommandations, mes amis : ce sont celles que Titus et d'autres disciples ont largement diffusé après les avoir mises en œuvre.

Citation :
Chapitre 14

… Je vous l’ai dit, quant à moi, l’attitude de Christos ne m’avait pas échappée… voulant en savoir davantage, je m’approchai donc de lui et lui demandai : «Maître, pourquoi fais-tu cette tête là ? Tu boudes ?»

Il me chuchota alors : «Samoht, mon plus jeune ami, fidèle parmi les fidèles, ne vois-tu pas que Daju est parti ? Sans doute pour comploter contre moi ! Le pauvre doit être corrompu, mais il accompli son destin pour que la prophétie s’accomplisse !

Samoht, me dit-il, quand je serai mort, parcours le monde et répands la bonne nouvelle comme je vous l’ai demandé. Et quand tu seras un homme âgé, alors écris mon histoire pour que celle-ci soit connue et entendue. Retiens bien cela, je ne te le dirai pas deux fois… tiens… j’entends déjà les gardes monter.»

Et en effet, le sol tremblait sous le poids des sandales de légionnaires. Les discussions cessèrent alors, laissant place à un silence inquiet. Un décurion et ses gardes entrèrent dans la pièce. Aux côtés de l’officier se tenait Daju ; et ce dernier montra Christos du doigt en disant :

«C’est lui ! C’est lui ! Le grand barbu, là, tout grand ! Même qu’on dirait une allumette ! Il vient encore de comploter contre l’ordre établi.»
Alors, les gardes se ruèrent sur Christos en bousculant tous les apôtres qui voulaient s’interposer …

Citation :
Chapitre 15

… Arrivés dans le bureau du procurateur, celui-ci nous regarda et nous interrogea : …

«Ainsi, tu es celui qui se fait appeler le messie, le guide, le miroir de la divinité ? Et tu troubles l’ordre de la cité ?»
«Tu l’as dit, bouffi !» répondit Christos.

«Ecoute, reprit Pierre Ponce, depuis que tu es à Jérusalem, la cité se porte mal, le pain est rassis, les légumes passés, le poisson puant, et la viande nauséabonde. Tout cela parce que maintenant, les gens ne veulent plus rien faire d’autre que de t’écouter. De plus, tu fragilises le pouvoir de Rome et le culte païen en débitant des âneries plus grosses que toi sur l’amour et toutes ces conneries auxquelles personne ne croit ! Tiens, je viens de recevoir une plainte du grand chef des prêtres païens ; il paraît que tu t’es payé sa fiole, c’est du joli !»

La figure de Christos se fendit d’un grand sourire, avant qu’il ne réponde : «Oui, je le sais. Votre Empire vit tel une roue à aube. Chaque mécanisme a la place qui lui convient de part sa naissance, et accomplit régulièrement la tâche pour laquelle il a été créé. Et vous profitez de cela en asservissant les peuples, et les forçant à travailler pour des salaires indécents. Or, voilà que moi, qui apporte la vérité, je gène, c’est classique… Je connais un gars qui dit ça très bien, d’ailleurs : Le premier qui dit la vérité, il se fera assassiner !»

Pierre Ponce dit alors : «Comment, n’approuves-tu pas l’esclavage ? Même quand il est exercé sur d’autres peuplades que la tienne ?»

«Non, affirma Christos, la solidarité doit maintenant dépasser le simple cadre de la cité ! Nous sommes tous humains et en cela des créatures de Dieu. C’est pour cette raison que faire travailler un vagabond à la mine pour moins de dix-sept écus est une honte, même s’il vient d’une autre Cité. Et le faire suer pour moins de dix-huit écus, en le faisant tuer veau, vache, cochon, couvée, est un scandale !»

Pierre Ponce était agacé… Il lui déclara alors : «Christos tu seras banni. Maintenant dégage....»

Alors, Christos s’étonna de la sentence, et prononça ces paroles : «Procurateur ! Tu peux me bannir, mais dans quelque cité que je serai, j’agirai toujours ainsi, et deviendrai un même danger pour la plénitude des Empires et des républiques qui constituent le monde.»

Ponce fut excédé et lui répondit : «Puisque tu te dis si sage, et que j'ai des aigreurs d'estomac, tu seras crucifié, comme les agitateurs, et en prime supplicié pour m’avoir fait perdre mon temps et troublé ma digestion. Fallait pas me chercher !» …

Christos m’attrapa par la manche et eut le temps de me dire à l’oreille : «Mon corps va subir mille supplices, mais c’est pour que votre âme n’ait pas à les subir. Lorsque vous prierez le Très Haut, consacrez le pain et le vin de l'amitié, symboles de ma chair et de mon sang, afin de ne jamais oublier mon sacrifice pour vous. Rendez également hommage à ceux qui, par leur vertu, seront un exemple à vos yeux de l’amour qui est dû à Dieu. En vérité, il n’est pas de plus bel hommage à Dieu que d’aimer sans rien attendre en retour.»

Citation :
Chapitre 16

C’était un moment atroce ! …
Avec Christos, on emmenait aussi deux autres condamnés pour spéculation, qui se nommaient Black et Decker. Ceux-là devaient être écartelés.

La montée fut pénible, épuisante, surtout par ce jour chaud et lourd. … Pierre Ponce et le grand prêtre païen, eux qui ne se fatiguaient pas, car ils étaient à cheval, atteignirent bientôt le sommet de la colline. Voyant la foule s’amasser, ils décidèrent que la peine pour avoir troublé l’ordre de la cité et pour avoir prêché contre la croyance des prêtres impies se devait d’être exemplaire.

Christos fut fouetté pendant plus d’une heure par les gardes, mais jamais aucun cri n’échappa de sa bouche. Il endurait les pires souffrances avec un air calme et serein.

Alors, les bourreaux raillèrent sa foi et insultèrent Dieu, espérant déchaîner sa colère. Mais jamais il ne répondit, même quand ils le ceinturèrent de cordes qu’ils tendirent avec des poulies selon les vœux du grand prêtre.

Christos restait de marbre devant la cruauté des hommes, seul dans sa souffrance et sa peine, mais soutenu par la foi en Dieu. Son visage ne fut jamais aussi beau qu’à ce moment là. Son angoisse était passée et il ne restait sur ses traits que les expressions d’un profond amour et d’une grande paix intérieure.

Les romains et les païens décidèrent donc de passer aux choses sérieuses. Ils ordonnèrent alors que la crucifixion ait lieu.
On cloua Christos sur une grande croix de bois que l’on hissa ensuite sur la colline. Et Christos se retrouva là haut, dominant les autres humains… Tel un agneau, il avait été sacrifié sur l’autel de l’ordre établi parce qu’il remettait en cause la société de l’époque et ses fausses valeurs.

Christos mourut après des heures d’agonie… agonie pendant laquelle il priait le Très Haut et regardait les hommes écrasés au sol. C’est le soir seulement, alors que l’air fraîchissait et que le ciel s’assombrissait, qu’il rendit l’âme dans un soupir …

C’est alors que nous vîmes apparaître, dans ce halo bienfaiteur, une nuée d’anges célestes. Tous descendaient du ciel avec grâce, volant au dessus de l’éminence. Ils prirent le corps du messie, guide et miroir de la divinité, et le hissèrent jusqu’aux cieux, l’emmenant rejoindre le trône de Dieu.

Les 21 Logions de Christos

Ici sont consignées les sentences de Christos le Sage, enseignées par Samoht et transmises jusqu'à nous de générations en générations.

Logion 1 :
« Il n’est de noblesse que d’âme, et c’est dans votre cœur qu’il vous faut être noble. Mais sachez que même ainsi, vous serez vulnérable, car la noblesse est souvent blessée par la bassesse.»

Logion 2 : Les disciples disaient à Christos : »Maître, ces marginaux ne nous apportent rien, et Aristote nous met en garde contre ceux qui fuient la cité !»
Christos leur répondait : »Disciples ! Vivez pour les autres au lieu d’attendre des autres qu’ils vivent pour vous. C’est à la cité d’accueillir les marginaux, et non aux marginaux d’aider la cité.»

Logion 3 : Les disciples demandaient à Christos : »Maître, après que le Très Haut ait choisi Aristote pour nous enseigner, pourquoi faut-il qu’à présent il te choisisse pour faire de même ? Le message d’Aristote n’était-il pas complet ?»
Alors Christos répondait : »Mes amis, l'âme est composée de deux parties : la compréhension et le savoir. Aristote est venu vous apporter la compréhension, moi je suis venu vous apporter le savoir. Entre Aristote et moi se tient toute la différence qui existe entre convaincre et persuader.»

Logion 4 : Parfois, devant les démonstrations métaphysiques que les disciples lisaient d’Aristote, il arrivait qu’ils soient découragés. Ils demandaient alors : »Maître, a t’on raison d’être rationnel ?»Et Christos répondait : »La foi apporte la vérité. Mais pour la comprendre, il nous faut user de la raison.»

Logion 5 : Et Christos disait : »La raison et le mysticisme permettent tous deux de comprendre Dieu, chacun d'eux se retrouvant dans chacun de nous. A vous de trouver votre chemin vers le Très Haut en vous inspirant de la raison d'Aristote et de mon mysticisme.»

Logion 6 : Mais Christos nous mettait en garde : »La raison, sans l’assentiment du cœur, est comme un coquillage vide. L’essentiel est ailleurs, et Dieu dépasse les querelles de partis.»

Logion 7 : Christos disait : »L’amour que l’on porte à nos parents ne ressemble ni à celui que l’on voue à notre conjoint, ni à l’amitié que l’on offre à nos amis. Cet amour se trouve sans doute entre les deux, fait de l’un et de l’autre. C’est ainsi qu’il faut aimer Dieu.»

Logion 8 : Parfois, les disciples se goinfraient des mets que leurs hôtes leur servaient. Puis ils s’alanguissaient sur les lits confortables qu’on leur proposait. Enfin, le lendemain, ils rendaient service à ces mêmes hôtes en travaillant pour eux. Mais Christos se questionnait : »Nous mangeons pour vivre, nous dormons pour vivre, nous travaillons pour vivre… mais pour quoi vivons-nous ?»

Logion 9 : Parfois Christos nous conseillait : »Si pour vous la vie n’a pas de sens, alors aimez la vie plus que le sens de la vie. N’attendez pas de mourir pour comprendre que vous passez votre vie à côté de la vie. Rappelez-vous : Nous ne sommes pas nés seulement pour mourir, nous sommes nés pour vivre.»

Logion 10 : Et concernant l’attitude à avoir concernant la vie de tout les jours, Christos martelait : »N’attendez plus rien de la vie. Non comme des blasés, mais comme ceux qui savent qu’à chaque instant, tout leur est infiniment donné.»

Logion 11 : Et lorsqu’on demandait à Christos comment l’on pouvait trouver le bonheur, le prophète répondait : »Le bonheur réside dans les choses simple, et non dans les raisonnements compliqués qui rendent les gens malheureux. Car comment être heureux lorsqu’on s’interroge sur des mystère que Dieu à fait si complexe que nous ne les comprendrons qu’une fois arrivés dans le soleil.»

Logion 12 : « La lumière du soleil dissipera alors nos craintes, nos doutes, nos angoisses, nos interrogations, nos haines et nos chagrins. Sa chaleur nous ôtera de l’inconfort et du froid.»

Logion 13 : Sur l’amour, Christos disait parfois : »L’amour est enfant de bohème, qui n’a jamais, jamais connu de loi.»Un jour, un de ses disciples, amoureux d’une belle paysanne, se vit rejeté par celle-ci… alors Christos dit : »L’amour est enfant du salut, qui n’a jamais, jamais connu de loi.»

Logion 14 :A des mécréants venus le contredire, Christos répondit : »Croyez en Dieu, car hors de Dieu et de la religion, point de vérité n’existe, il n’est point de valeurs, il n’est point de sens ; rien n’existe hors de Dieu. En revanche, son existence est gratuite, donc, croyez en lui et arrêtez de me les casser menu.»

Logion 15 : A des hommes qui se battaient, Christos a dit : »Mais vous allez vous aimer les uns les autres, au nom de Dieu !»

Logion 16 : Lorsqu’il parlait de la vie, Christos s’exaltait : «Densité des densités, tout n’est que densité.» ou : «Un homme vaut plus que tout ce qu’il a fait, que ce soit bon ou mauvais», ou encore : «La vie ne vaut rien, rien, mais moi quand je tiens dans mes mains éblouies les deux petites mains de mon ami, alors je dis rien, rien ne vaut la vie !»

Logion 17 : Illisible

Logion 18 : A ceux auxquels le Très Haut semblait inaccessible, même après les démonstrations d’Aristote, Christos disait : «Pour approcher Dieu et la compréhension de l’univers, l’art est pour vous un plus sûr moyen que la raison et que la philosophie. Figurez vous un corps en putréfaction, les intestins pourrissants, les yeux gobés par la charogne, les chairs partant en lambeaux… et dites vous que ce corps à été capable d’aimer, de penser, de ressentir, de faire l’amour, de pleurer… mais aussi de composer de la musiquer, de peindre des fresques, d’écrire des poèmes… autant d’œuvre dont l’on peut encore profiter aujourd’hui.»

Logion 19 : Christos disait : «Si vous vous demandez ; Qui suis-je ? D’où viens-je ? Où vais-je ? Alors vous pouvez vous répondre à vous même : Je suis moi, je viens de chez moi, et j’y retourne.»

Logion 20 : Et souvent, debout tel une allumette, Christos nous confiait : «Au cœur du refoulé gît parfois notre cohérence.»

Logion 21 : «Méfiez vous des croyances dévoyées, mes amis… car les hérétiques sont comme les fourmis, ils reviennent toujours.»
[/spoiler]

Questions :

Qui/que l'homme doit il aimer ?

Quel doit être la position de chaque homme vis à vis de "la vie de la cité" ?

Et que dire de la retraite spirituelle ?

Qu'est ce que les "40 jours" de Christos ?

Quel a été la première action de Christos, avant de créer son Église ?

Qu'est-ce que le principe du Juste milieu ?

Comment les 12 se sont ils rassemblés autour de Christos ?

Lorsque l'on décide de guider les autres sur la voie de la vertu, que faut il être prêt à faire ?

Quel est l'intérêt d'une communauté ?

Que se passa t'il de notable à Jerusalem ?

Que sont les Episkopoi ?

Ou le baptême fut il institué ?

Définissez le mariage.

Comment expliquer les voeux de chasteté et de non violence des prêtres ?

Qu'est ce que la communion ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valerian2
Diacre de Brignoles
Diacre de Brignoles
avatar

Lieu RP : Marseille

Feuille de personnage
Nom et prénom: Valérian de Lemcel-Vonsage
Paroisse: Brignoles

MessageSujet: Re: m) Partie VI : Livre 2 : Christos ;   Ven 24 Fév 2017 - 7:47

Citation :
Qui/que l'homme doit il aimer ?
Il nous a été enseigné d’aimer Dieu, mais pas simplement, nous devons également aimer la vie en comprendre son sens, aimer notre corps afin d’apprendre à le respecter dans la Conservation, nous devons également aimer nos concitoyens, les aimer dans contre l’avarice et aimer sa moitié, homme si l’on est femme, femme si l’on est homme, dans un amour pure et sous sacrement du mariage.

Quel doit être la position de chaque homme vis à vis de "la vie de la cité" ?
L’Homme doit être actif dans la cité, aidant son prochain et participant à la vie de cette cité.

Et que dire de la retraite spirituelle ?
Il est important de se souvenir de sa raison d’être et il est donc fortement conseillé, comme l’a fait Christos avant nous, de savoir prendre du recul pour revenir aux fondamentaux de notre existence en prenant une retraite spirituel régulièrement.

Qu'est-ce que les "40 jours" de Christos ?
Ces quarante jours, furent une retraite spirituelle pour Christos, dans sa grande bonté, il nous à montrer l’exemple et nous a décrit ce qu’elle fut. Que nous nous en souvenions pour le restant de nos jours.

Quel a été la première action de Christos, avant de créer son Église ?
Christos s’est entouré de 12 apôtres, qu’il nomma episkopoi, il parcourut les villages pour répandre la parole d’Aristote et il se rendit à Jérusalem, là, il posa les fondations de l’église.

Qu'est-ce que le principe du Juste milieu ?
La raison peut être active de deux manières: soit en se livrant à la pure connaissance, où elle est seule en jeu, soit en réglant l’action de l’homme dans le monde, où elle dirige le désir. L’action elle-même se divise en production, dont la fin est une œuvre extérieure, et en action pure, plus noble, qui a sa fin en elle-même, amitié, relations humaines, …
Le bonheur consiste donc d’une part et principalement dans la contemplation, d’autre part dans l’action pure, réglée par la raison, les biens matériels, la santé ne sont nullement étrangers au bonheur; ils y aident, mais ne le constituent pas. Contemplation et action doivent s’exercer selon la vertu.

Comment les 12 se sont-ils rassemblés autour de Christos ?
Il suivirent Christos après avoir entendu ses paroles. Ils étaient déjà dans la pensée d’Aristote, mais n’avaient pas encore de guide, c’est en croisant les pas de Christos, qu’ils adhérèrent à ses préceptes et qu’ils constituèrent sa garde rapprochée.

Lorsque l'on décide de guider les autres sur la voie de la vertu, que faut-il être prêt à faire ?
Comme le dit Christos, il faut d’abord aimer les autres, avoir de l’empathie, être prêt à partager ses biens avec les plus démunis. Se donner corps et âme à cette tâche, renoncer au mariage et aux plaisirs de la chair, car il ne faut pas simplement aimer un ou une autre, mais aimer tous les autres. Bien sûr, il faut être un exemple de vertu pour la communauté. Le plus important, à mes yeux, ce n’est pas de considérer cela comme un sacrifice, mais comme une vraie chance qui nous est donné de partager ce que nous avons reçu, spirituellement ou matériellement.

Quel est l'intérêt d'une communauté ?
L’intérêt profond de la communauté est de ne jamais être seul sur le chemin de la vie, d’aider le pauvre lorsqu’il en a besoin, de réconforter son frère ou sa sœur, lorsqu’elle ou qu’il a de la peine, de partager sa joie, sans jalousie, lorsque le bonheur frappe à sa porte alors ainsi, lorsqu’il sera venu notre temps de rencontrer, bonheur, peine et difficulté, nous ne serons pas seul à surmonter ou partager cela.

Que se passa-t-il de notable à Jérusalem ?
La pire ou la plus heureuse des choses qui puisse arriver. Christos à donner sa vie pour sauver nos âmes. Que chaque dimanche que nous vivons, soit un moment de recueillement et de souvenir de ce sacrifice en partageant l’eau et le pain, symbole de son sang et de son corps qu’il à donner pour nous pour amour.

Que sont les Episkopoi ?
C’est le nom qui fut donner aux premiers apôtres de Christos, que nous nommons maintenant évêques.

Ou le baptême fut il institué ?
À Jérusalem, lorsque Christos baptisa Gracius pour laver les pêchés de ce centurion.

Définissez le mariage.
Le mariage est le sacrement de l’union, fait par un clerc habilité, d’un homme et d’une femme, fidèles de l’église Aristotélicienne. Cette union symbolise l’Amitié dans sa forme la plus étroite. C’est un engagement de fidélité totale entre deux personnes dans le but de fonder une famille avec descendance.

Comment expliquer les vœux de chasteté et de non-violence des prêtres ?
Comme indiqué un peu plus avant, il est demandé aux prêtres d’aimer plus d’une personne, mais tout le monde, de se consacrer corps et âme à cette tâche, ne pas avoir les plaisirs de la chair démontre en plus, son engagement dans cette voie.
Quant à la non-violence, elle semble toute normale, puisqu’ils doivent faire preuve d’amitié profonde envers les autres, sans haine, sans violence, mais uniquement dans le but de les guider avec amour.

Qu'est-ce que la communion ?
Lorsque nous sommes baptisés, la communion est le moment du culte dominical ou nous recevons le corps et le sang de Christos, en l’espèce le l’eau et le vin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valerian2
Diacre de Brignoles
Diacre de Brignoles
avatar

Lieu RP : Marseille

Feuille de personnage
Nom et prénom: Valérian de Lemcel-Vonsage
Paroisse: Brignoles

MessageSujet: Re: m) Partie VI : Livre 2 : Christos ;   Ven 24 Fév 2017 - 8:55

Valérian courait à tout rompre à travers les couloirs du Siège des archevêchés de Provence, il soufflait comme un taureau, tant il n’était pas habitué à courir comme cela.
Il courrait et cherchait désespérément son éminence, il trébuchait, se relevait et continuait à chercher.
Il se demandait où pouvait se trouver son éminence, il était toujours là, prêt à aider et écouter ses enfants, mais là, alors que Valérian le cherchait, il ne le trouvait pas.
Valérian descendait les escaliers en courant comme une poule sans tête, il prenait ses virages et se cognait dans les murs, il regardait à gauche, personne, il regardait à droite, personne.
C’est alors que Valérian eue un éclair de génie, il se souvint des bruits de couloirs et des non-dits.
Il se disait que son éminence avait souvent des problèmes gastriques et que dans ces cas-là, il fallait le chercher près du trône.
Il fit donc demi-tour et remontât les escaliers quatre à quatre en direction du lieu propice au soulagement de son éminence.
Il vit alors au bout du couloir la robe de son éminence.


Éminence, éminence

Criait Valérian avec cette voix aigüe qu’il avait lorsqu’il s’excitait.
Lorsque son éminence entendit ce jeune jouvenceau le héler comme il n’était pas d’usage, il s’arrêta et se retourna vers Valérian.
Valérian accéléra le pas, très mauvaise idée, il se prit les pieds dans le tapis et s’écrasa lamentablement aux pieds de son éminence.
Se relevant, rouge de honte, Valérian s’adressa à son éminence.


Éminence, je suis heureux de vous trouver.
Alors que j’étudiais les livres sacrés, dans le cadre des études que vous me dispensez, je suis tombé sur ce parchemin poussiéreux.
Dans ma grande ignorance, petit moucheron que je suis, je me suis permis de l’ouvrir, de le lire et de le retranscrire.
Je ne suis pas certain de la traduction...


Valérian tendit alors le document à son éminence et tentait de lire sur son visage ce qu’il pouvait en pensait.

Citation :
Je m’appelle Ramadel, fils de Zuck d’Erberg et de Marie Atoutpri, petit fils de Stive le travailleur, dit Jobs et j’écris ces lignes pour que ma vie et l’enseignement que j’ai reçu d’Adonia, soit connue de tous.
Alors que je venais de sortir de l’adolescence, je me plaisais à lire les écrits des anciens, ils étaient pour moi une véritable source d’inspiration et de quiétude.
Malgré tout, J’étais toujours surpris de constater que lors dans les écrits sains, la filiation était très souvent indiquée, je ne savais pas encore pourquoi, mais
En ce deuxième jour après la messe, je m’étais rendu à la bibliothèque de la ville pour emprunter un livre. J’étais sorti pour profiter de ma lecture sous ce magnifique soleil et je m’étais assis à même le sol, sur cette herbe d’une haute couleur verte. J’aimais l’odeur de cette pelouse que je frottais dans mes mains.
Donc, je lisais ce livre lorsqu’une personne qui m’était encore inconnu, s’approcha de moi et me dit :

Bonjour jeune homme, vous me semblez aimer la lecture de ces textes !

Surpris, je relevai la tête et vit une femme debout, qui avait un charisme incroyable. Je me relevai pour la saluer.

Bonjour dame, je suis Ramadel et oui, j’aime la lecture, ces textes sont important pour moi et j’en m’en nourrit chaque jour.

Elle sourit et poursuivit

Je suis Adonia, episkopoi, je ressens le besoin d’échanger avec vous, accepteriez-vous de partager ensemble quelques instants de lecture ?

Heureux et surpris, j’acquiesça sans retenu.

Vous tombez bien, je me posais justement souvent la question de la raison de filiation dans les textes, auriez-vous une explication à me donner ?

Adonia, prit un instant et me dit

Mon fils, en vérité je te le dis, oui, il est important de connaitre ses ascendants, ils nous ont donnés la vie, ils ont participé aux préceptes de notre sauveur et procréant et nous devons être fier pour cela.
Nous devons aimer nos parents et les chérir.


J’interrompis Adonia et lui dit

Mais certains, que je connais, devrait plutôt avoir honte de leurs parents et de ce qu’ils ont fait, certains ont tué, volé ou encore ont vécu dans la luxure, la gourmandise ou la colère.
Tu as raison mon fils, certaines personnes n’ont pas suivi les enseignements ou n’ont pas eu la chance de rencontrer un guide spirituel qui aurait pu les guider sur la voie de la raison, mais les enfants qu’ils ont eues, ne sont pas responsable des actes de leurs parents. En arborant fièrement leurs ascendances, ils démontrent qu’ils ont accepté leurs racines, car nous apprenons de l’expérience et de l’exemple, il est, dès fois, des expériences malheureuses, mais cela fait partie de la vie et nous devons trouver en chaque place et chaque chose sa raison d’être et d’exister.


Adonia, me prit alors la main et d’une voie posée, elle poursuivit

Mon fils, en vérité je te le dis, nous ne sommes pas là pour juger, mais pour aimer notre prochain, aimer Dieu et suivre les vertus, alors je te le dis.
N’ayez point honte, ne démontrez pas de fierté à outrance, arborez juste et portez sur vous, le nom de vos ancêtres, connaissez leur vie, apprenez de leurs erreurs ou de leurs actes, reproduisez leurs bonnes actions et éloignez-vous de leurs pêchés.


Alors que je voyais Adonia s’éloigner, je restais comme figé par les paroles qu’elle venait de me donner. J’étais sur un petit nuage de plénitude et de grâce, j’étais en paix avec mes ancêtres.
Ces quelques paroles avait données un sens à ce que je pouvais lire dans les textes sacrés et dorénavant, je savais pourquoi il était très souvent fait état de l’ascendance dans nos livres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hull19
Cardinal
avatar

Lieu RP : Arles

MessageSujet: Re: m) Partie VI : Livre 2 : Christos ;   Jeu 2 Mar 2017 - 17:31

Corrigeant les réponses, le Cardinal fut surpris par l’aiguë voix.

"Mon fils, que ce passe-t-il? Où avez-vous trouvé cela, dites-vous?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valerian2
Diacre de Brignoles
Diacre de Brignoles
avatar

Lieu RP : Marseille

Feuille de personnage
Nom et prénom: Valérian de Lemcel-Vonsage
Paroisse: Brignoles

MessageSujet: Re: m) Partie VI : Livre 2 : Christos ;   Jeu 2 Mar 2017 - 17:33

Éminence, j'ai trouvé cela au milieu des parchemins du livre sacré.

Ai-je fais l'erreur de l'ouvrir ?


[HRP]J'ai tenté de faire un texte sur l'utilité de la généalogie, pour m'approcher des nouvelles possibilités IG[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hull19
Cardinal
avatar

Lieu RP : Arles

MessageSujet: Re: m) Partie VI : Livre 2 : Christos ;   Jeu 2 Mar 2017 - 18:36

Hull sourit, une certaine excitation dans ses propres yeux malgré son calme.

"Voilà donc une traduction intéressante, j'avoue ne pas l'avoir vue par le passé...

Dites, mon fils, avez-vous déjà été à Rome? Car je crois qu'une visite à la Chancellerie Pontificale... et... ou... ou les deux... à la Congrégation du Saint-Office seront nécessaires... hmmm.
"

Pensif, il lut le texte.

"Adonia... Adonia... grecque pour la beauté..."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valerian2
Diacre de Brignoles
Diacre de Brignoles
avatar

Lieu RP : Marseille

Feuille de personnage
Nom et prénom: Valérian de Lemcel-Vonsage
Paroisse: Brignoles

MessageSujet: Re: m) Partie VI : Livre 2 : Christos ;   Jeu 2 Mar 2017 - 19:24

Éminence, je ne suis,évidemment pas encore été présenter ce texte. Pourriez-vous le faire avec moi ?
Vous êtes mon guide et ma référence !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hull19
Cardinal
avatar

Lieu RP : Arles

MessageSujet: Re: m) Partie VI : Livre 2 : Christos ;   Jeu 2 Mar 2017 - 21:35

Hull sourit.

"Alors allons faire un tour au Saint-Office. Retrouvons nous à Rome"

[ Un mp sur le fofo de Rome pour me dire ton nom? Nom forum = hull19 ]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valerian2
Diacre de Brignoles
Diacre de Brignoles
avatar

Lieu RP : Marseille

Feuille de personnage
Nom et prénom: Valérian de Lemcel-Vonsage
Paroisse: Brignoles

MessageSujet: Re: m) Partie VI : Livre 2 : Christos ;   Jeu 2 Mar 2017 - 21:46

Je vous suis éminence !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: m) Partie VI : Livre 2 : Christos ;   

Revenir en haut Aller en bas
 
m) Partie VI : Livre 2 : Christos ;
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mordheim 2013 : Un Monde Nouveau
» Harry potter et les reliques de la mort partie 2
» Livre Premier - Partie II - Pré-Histoire
» Chargement long d'une partie
» simple bilan partie a 1000 points contre un nain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SIEGE DES ARCHEVECHES DE PROVENCE :: Cellule de Valerian2-
Sauter vers: