AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionRomeGardeRegistresLe Droit CanonLe Dogme

Partagez | 
 

 n) Partie VII : Livre 4 : Référence Dogmatique, Indépendance et Aristotélicisme ;

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
hull19
Cardinal
avatar

Lieu RP : Arles

MessageSujet: n) Partie VII : Livre 4 : Référence Dogmatique, Indépendance et Aristotélicisme ;    Jeu 23 Fév 2017 - 17:04

Citation :
Partie VII : Livre 4 : Référence Dogmatique, Indépendance et Aristotélicisme ;

Ami Séminariste, je vous invite à lire ce document. Il s’agit d’un recueil résumé du Livre 4 de notre Dogme, concernant les textes de référence dogmatiques. Il reprend les grandes thématiques du livre 4 mais il vous est conseillé de tout de même lire l’intégralité de ce livre dans un futur proche. Vous n’y trouverez pas tous les textes, mais seulement quelques uns, sur un thème bien particulier et typiquement Provençal, l’Indépendance et la Religion. Il s’agit là d’une réflexion comme celles auxquelles vous pourrez être confronté lors de votre vie cléricale.

Citation :
Thématique sur la Liberté & la Foy.

La liberté aristotélicienne.

Vous l'avez sans doute remarqué, chers frères, ou peut-être vous a-t-on déjà posé la question, mais comment peut-on affirmer la liberté de l'homme si ce dernier est susceptible d'être puni par Dieu dès qu'il s'écarte de sa voie ?
C'est à cette question que j'entends répondre ici.

Dieu a-t-il créé l'Homme libre ?

Une lecture attentive du Livre des Vertus nous dit que les hommes, après leur création, s'interrogèrent sur le sens de leur présence sur Terre face à des créatures qui se prétendaient toutes l'espèce préférée du Créateur (cf. Le Doute dans le Livre des Vertus). Or, s'ils s'interrogèrent, il faut bien en conclure que Dieu les a dotés d'un esprit, lequel permet de raisonner et donc de penser librement.
Il faut donc en conclure que l'Homme a été créé libre de penser.

2) L'homme est-il la seule créature dotée de la liberté ?

Le Livre des Vertus nous apprend que non; en effet, la Créature Sans Nom fut, à son tour, dotée de la liberté: :“Puisque tu es si sûre de ton choix, je te laisse l’occasion de le prouver" et elle reçut la liberté de tenter les Hommes (cf. La Décision dans le Livre des Vertus).

3) Quelles conséquences cette double liberté entraîne-t-elle ?

L'homme ayant reçu, comme la Créature Sans Nom, la liberté de penser, d'agir ... il était tout naturel que celle-ci, laissée sans guide, se laisse abuser et suive la voie du mal, puisque l'Homme était devenu absolument libre de choisir, tel que Dieu l'avait décidé, entre la vertu et le pêché.

Dieu avait donné aux hommes la liberté absolue et la Créature Sans Nom essaya de les attirer, en toute liberté, vers le mal. Et ce qui devait arriver arriva ... L'homme s'était livré à la liberté absolue, celle de faire tout ce qui lui plaisait, sans contrainte et sans frein que son désir et ses envies en oubliant que sa liberté s'arrêtait où commençait celle d'autrui.

4) De la nécessité d'encadrer la liberté :

Dieu comprit alors qu'on ne pouvait pas seulement laisser aux Hommes la liberté absolue de choisir entre le bien et mal car la liberté absolue n'était que la liberté de la Créature Sans Nom et des Princes-Démons. Il fallait les guider sur le chemin de la raison et de la rédemption quand ils chutaient : la liberté devait être encadrée afin d'être toute puissante pour faire le bien, mais liée pour faire le mal, de sorte que l'on peut affirmer que l'Homme a bien été créé libre par Dieu, mais que, dans son infinie sagesse, Dieu a voulu empêcher que l'Homme puisse répandre le mal impunément

C'est pour cela qu'il fonda une Église. Celle-ci fut chargée de définir les Lois et la morale découlant des préceptes de ses enseignements afin que la liberté des hommes soit encadrée et non plus anarchique, que l'Homme puisse non seulement distinguer le bien du mal, mais puisse aussi distinguer les chemins qui mènent à la vertu …

Conclusion :

Dieu a donné à l'Homme l'absolue liberté de penser, donc de faire le bien ou le mal, mais il voulut encadrer ce dernier par la création de l'Église …

Citation :
De la nature divine du pouvoir.

Les rois sont les vassaux de l’Eglise.
Rien n’est plus vrai que cet enseignement de Saint Thomas, ce superbe véhicule du message divin.

A l’origine, le Tout-Puissant, dans son infinie mansuétude, et laissant aux hommes leur libre arbitre, a conféré à iceux la possibilité de gouverner à leurs propres destinées terrestres, en formant ce que l’on a l’habitude d’appeler la société politique, c'est-à-dire la cité. Cette communauté d’intérêts, dépositaire d’un pouvoir sur elle-même que lui a conféré le Très-Haut, devait alors faire un choix, celui du souverain à qui elle déléguerait, à son tour, l’autorité politique, l’imperium séculaire.

Comme toute convention, icelle impliquait une réciprocité, à savoir l’obligation pour le souverain, d’une part de gouverner selon l’intérêt commun et non selon l’intérêt des factions, et d’autre part de respecter un ordre juridique tiré de la nature des choses, qui lui impose le respect des lois fondamentales organisant son règne et sa succession comme autant de clauses au contrat de société, mais aussi de conformer son principat aux enseignements de la religion et aux impératifs de la vertu, le pouvoir dont il bénéficiait lui venant de Dieu par le truchement de son peuple.

Tout pouvoir est de nature divine, aussi est-il naturel que les clercs, qui sont ceux des hommes qui ont la connaissance la plus étendue des principes de la foy, sont ceux qui peuvent le mieux régner dans le respect de l’essence même de l’autorité politique. Toutefois, il est vrai que les laïcs, qui n’ont point encore été illuminés par la révélation aristotélicienne, le prophète ayant vu en rêve ce qu’était la cité idéale, et son gouvernement par la caste des philosophes-roys, ne sont pas prêts à recevoir cette vérité intangible. Au clergé d’être patient et consensuel.

Ceci étant, nonobstant ce qui s’oppose au règne immédiat du Très Saint Père, Roy des roys, sur la totalité du monde connu, ainsi que l’exige la raison, il reste que les souverains de l’ordre temporel n’ont d’autre choix de se soumettre aux justes prescriptions de l’Eglise, dépositaire des principes de la vraye foy qui est au fondement de leur pouvoir, ainsi que nous venons de l’affirmer.

Nous voyons, dans l’actualité récente, ce qui nous amène à réaffirmer telle position, tant nous devons constater que le chaos est maître dans l’ordre temporel.

Citation :
De l’ordre des choses, vu par Mhour

Un jour qu’une partie de la tribu complotait pour écarter notre chef du pouvoir, car leurs désirs ne correspondaient pas aux choix de notre Grand Guide, Moi, A. Mhour, me dressa devant eux pour leur rappeler que l’ordre des choses voulait que nous soyons une communauté et que la communauté devait préserver avant tout sa cohérence et l’ordre qu’elle avait elle-même créé par ses lois et ses coutumes.

La création est dirigée par les lois de Dieu, les communautés sont dirigées par la loi des hommes …

Les lois des hommes ne sont pas moins importantes car elles sont inspirées en partie directement par Dieu. Nul ne peut servir notre Créateur sans respecter les lois, ni celle de la création ni celle des sociétés. Sans loi, c’est celle de la créature sans nom qui prévaudrait, et le chef ne serait chef que parce qu’il est le plus fort, et chaque jour un autre voudrait prouver qu’il est plus fort que lui et aucune stabilité n’en découlerait. Et la stabilité est liée à la conservation de la société. La société doit avancer vers la perfection divine, mais dans la stabilité. Elle doit donc être soumise à son chef, comme son chef doit être soumis à Dieu.

Le chef est la tête, le prêtre est le cœur, et les fidèles sont les autres membres du corps.

Si la tête ne suis pas le cœur, si les membres ne suivent pas la tête, le corps ne peut fonctionner... Il est donc parfois préférable de trancher sa propre main si elle refuse de fonctionner harmonieusement avec le reste du corps que de la laisser arracher le cœur ou trancher la tête.

Dans notre société la tête représente notre chef politique, c’est lui qui maintient l’ensemble de la tribu, mais si c’est elle qui pense pour le peuple, elle doit penser pour le bien du plus grand nombre sans pour autant oublier les plus faibles. Le cœur est là pour lui rappeler que la plus grande loi est celle de notre Créateur, et que s’il gouverne sur terre il serra jugé comme tous les enfants de la création, et sans doute plus durement que les autres.

Les seuls excuses que l’on puisse avoir de se dresser contre son chef c’est s’il ne respecte pas sa communauté et gouverne pour lui et non pour elle, si il est prévaricateur ou qu’il rejette Dieu de son cœur, car alors il ne peut être le chef.

Citation :
De la nature divine du pouvoir.

Nous voyons, dans l’actualité récente, ce qui nous amène à réaffirmer telle position, tant nous devons constater que le chaos est maître dans l’ordre temporel. Nulle institution n’est épargnée par la déliquescence des valeurs qui doivent fonder l’autorité publique. Nous voyons un roy de France contesté dans son autorité, raillé par ses propres sujets. Nous voyons un Empereur dépossédé de sa légitime autorité, et reproduisant le triste épisode françoys des roys fainéants, déchus de leurs droits à la couronne, iceluy laissant à ses maires du palais, membres de la diète, le soin de gouverner à sa place, contre la volonté de son peuple. Nous voyons un régent d’Angleterre séduit par l’apostasie. Oh, Dieu ! Ce que nous devons subir comme tragédies en ce siècle !

Les rois sont les vassaux de l’Eglise, et lui doivent fidélité, à moins de priver leur autorité de sa substance divine, et de méconnaître les stipulations du contrat de société.

Ad majorem Dei gloriam.

Questions :

Avec l'aide de tout ces textes, comment peut on envisager l'indépendance d'une contrée sans qu'elle ne devienne hérétique ?
(Essayez d'être le plus synthétique possible.)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valerian2
Diacre de Brignoles
Diacre de Brignoles
avatar

Lieu RP : Marseille

Feuille de personnage
Nom et prénom: Valérian de Lemcel-Vonsage
Paroisse: Brignoles

MessageSujet: Re: n) Partie VII : Livre 4 : Référence Dogmatique, Indépendance et Aristotélicisme ;    Dim 26 Fév 2017 - 15:32

Citation :
En faisant cela, éminence, je pense décrire le village idéal.
Donc, concernant le peuple, il serait respectueux des vertus en s’appliquant à s’aider les uns les autres.
Libre de ces choix, il sera guidé par le curé de la communauté.
Le curé, il effectuerait ses offices chaque dimanche, il recevrait la communion et chaque habitant en âge de raison s’orienterait vers le baptême, les hommes et femmes s’aimant d’un amour pur se marieraient et procréeraient.
Chaque responsable politique, du maire au comte/duc, ferait sa tâche avec respect et dans le seul but du bien de la communauté.
Le curé ne prendrait pas parti politiquement, mais serait attentif aux respects des vertus au sein des institutions, il communiquerait en toute amitié avec les responsables politiques, il conserverait il lien étroit avec eux, pour les guider spirituellement afin qu'il continue à servir le peuple.
Le curé entretiendrait de bonnes relations avec l'ensemble des membres de la communauté, les fidèles seraient incités à continuer leurs chemin vertueux, la communion serait toujours disponible pour eux. Ceux qui ne serait pas baptisés, serait guider par le curé pour les amener vers ce sacrement, dans le respect de leur volonté, mais en toute connaissance de cause.
Je ne sais pas si je dois plus détailler, mais voici comment je vois la ville idéale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hull19
Cardinal
avatar

Lieu RP : Arles

MessageSujet: Re: n) Partie VII : Livre 4 : Référence Dogmatique, Indépendance et Aristotélicisme ;    Jeu 2 Mar 2017 - 17:30

"Mon fils, c'est fort bien. Cours, mais au but. J'aime bien!"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valerian2
Diacre de Brignoles
Diacre de Brignoles
avatar

Lieu RP : Marseille

Feuille de personnage
Nom et prénom: Valérian de Lemcel-Vonsage
Paroisse: Brignoles

MessageSujet: Re: n) Partie VII : Livre 4 : Référence Dogmatique, Indépendance et Aristotélicisme ;    Sam 4 Mar 2017 - 10:23

Il est vrai éminence que j'aurais pu décrire cette cité comme le fit Aristote à Sargas, mais cela aurait été plus long.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hull19
Cardinal
avatar

Lieu RP : Arles

MessageSujet: Re: n) Partie VII : Livre 4 : Référence Dogmatique, Indépendance et Aristotélicisme ;    Sam 4 Mar 2017 - 22:13

"Faire bref est aussi un art, croyez moi!"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: n) Partie VII : Livre 4 : Référence Dogmatique, Indépendance et Aristotélicisme ;    

Revenir en haut Aller en bas
 
n) Partie VII : Livre 4 : Référence Dogmatique, Indépendance et Aristotélicisme ;
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Livre Préliminaire - 0.1 Le dogme Aristotélicien
» Mordheim 2013 : Un Monde Nouveau
» Livre Préliminaire - 0.2 Le calendrier Aristotélicien
» Harry potter et les reliques de la mort partie 2
» Livre Premier - Partie II - Pré-Histoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SIEGE DES ARCHEVECHES DE PROVENCE :: Cellule de Valerian2-
Sauter vers: