AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionRomeGardeRegistresLe Droit CanonLe Dogme

Partagez | 
 

 Saint Giacomo de Rupinaro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Richelieu1
Cardinal Archevêque d'Aix-en-Provence
avatar

Lieu RP : Brignoles

Feuille de personnage
Nom et prénom: Ludovi de Sabran
Paroisse: Brignoles

MessageSujet: Saint Giacomo de Rupinaro    Jeu 31 Mar 2011 - 22:04

Citation :

Les Saints Anciens - Saint Giacomo de Rupinaro

Dans la contrée de Rupinaro nait le petit Giacomo, le 13 novembre 988, fils de Ubaldo Fiorelli et Marzia Antigoni. Ubaldo meurt quelques temps après la naissance, laissant le fils orphelin en plein âge tendre et Marzia veuve. Cette dernière va être aidée par l'oncle paternel Francesco qui prend alors soin de l'enfant.

Dès l'âge de 15 ans, Giacomo passe une grande partie de ses journées dans la prière et dans la lecture du livre des Vertus, et il se met en quatre pour subvenir aux besoins de sa famille.

La vie de Giacomo constitue un exemple de charité et d’humilité grâce à ses actions vertueuses qu'il accomplit en de multiples occasions, montrant l'exemple aux autres de ce que demande Dieu. « Nous devons sentir la nécessité et le besoin et nous devons nous alimenter de l'essentiel seulement ! » a-t-il l'habitude de répéter.

Il décide vers l'âge de 18 ans de prendre l’habit de moine et il vit alors dans la plus absolue humilité. Ce qu'il aime particulièrement est de rendre visite aux frères malades pour leur porter réconfort et assistance.
Il se distingue en outre par la pratique sévère de la pénitence : il ne consomme par exemple que la nourriture indispensable pour survivre, refusant le péché de gourmandise et tout ce qui peut apporter plaisir au palais.
Jusqu'à la fin de ses jours Giacomo mène ce style de vie.

Un beau jour, cinq évêques le questionnent, il reste alors longuement sans parler.
Lorsque les évêques lui font remarquer que son silence peut être marque d'humilité mais également manque de charité, il répond : « le Très Haut nous parle continuellement de sa Création, il nous instruit par le moyen du Livre des Vertus, il nous enseigne ce que nous devons faire, en nous menacent des châtiments et en nous promettant des récompenses divines. Que pourrais-je ajouter à tout cela ? ».

Il vit pauvrement en se mortifiant, faisant de ces actes le sel de sa vie.

Il Secourt avec charité toutes sortes de misères et de souffrances.
Dans la biographie du Saint, on narre même un miracle qui souligne son amour pour les pauvres, et qui est arrivé aux débuts de sa vie monastique.

Le témoin de cet évènement est un moine se prénommant Franc, lequel en fin de vie raconte aux frères que pendant un hiver étrangement rigoureux pour sa ville, il a vu dans un champ enneigé auprès d'un arbre gelé Giacomo avec une multitude de pauvres.
Le froid intense de l'hiver met en danger ces pauvres, lorsque des milliers de feuilles commencent à tomber des branches d'arbres gelés et se mettent lentement à recouvrir les indigents en les chauffant. Quelques instants plus tard, ces mêmes branches se remplissent de gros fruits juteux.
Giacomo aide tous les pauvres à se nourrir et en se tournant vers le moine Franc il lui demande d'être avec les autres moines de son couvent miséricordieux avec les pauvres.

La fête de san Giacomo est célébrée à Chiavari le 25 novembre en souvenir de ce glacial hiver où le saint accomplit son premier miracle.

Encore aujourd'hui dans la ville, le verger du saint est admirable pour sa richesse et sa grandeur.

Il meurt le 3 Mars d'une année indéterminée, sans doute en 1033. Sa dépouille mortelle est déposée dans l'église de Rupinaro, non loin de sa maison natale. Bien des années après sa mort, le 9 septembre 1200, ses reliques sont transportées dans la chapelle du monastère où il avait vécu. Dans les premières années qui suivirent, il ne fut pas objet d’un grand culte, mais au XIIIème siècle, sa vénération grandit. Dans la ville bien vite on prit l’habitude de célébrer trois messes solennelles dédiées à la mémoire du saint : le 3 Mars (anniversaire de sa mort), le 9 septembre (transfert des reliques) et le 25 novembre (commémoration du premier miracle).

Code:
[quote][img]http://img206.imageshack.us/img206/4698/badgesaintofficenc8.png[/img]
[color=#1a3768][i][size=18][b]Les Saints Anciens - Saint Giacomo de Rupinaro [/b][/i][/color][/size]

Dans la contrée de Rupinaro nait le petit Giacomo, le 13 novembre 988, fils de Ubaldo Fiorelli et Marzia Antigoni. Ubaldo meurt quelques temps après la naissance, laissant le fils orphelin en plein âge tendre et Marzia veuve. Cette dernière va être aidée par l'oncle paternel Francesco qui prend alors soin de l'enfant.

Dès l'âge de 15 ans, Giacomo passe une grande partie de ses journées dans la prière et dans la lecture du livre des Vertus, et il se met en quatre pour subvenir aux besoins de sa famille.

La vie de Giacomo constitue un exemple de charité et d’humilité grâce à ses actions vertueuses qu'il accomplit en de multiples occasions, montrant l'exemple aux autres de ce que demande Dieu. « Nous devons sentir la nécessité et le besoin et nous devons nous alimenter de l'essentiel seulement ! » a-t-il l'habitude de répéter.

Il décide vers l'âge de 18 ans de prendre l’habit de moine et il vit alors dans la plus absolue humilité. Ce qu'il aime particulièrement est de rendre visite aux frères malades pour leur porter réconfort et assistance.
Il se distingue en outre par la pratique sévère de la pénitence : il ne consomme par exemple que la nourriture indispensable pour survivre, refusant le péché de gourmandise et tout ce qui peut apporter plaisir au palais.
Jusqu'à la fin de ses jours Giacomo mène ce style de vie.

Un beau jour, cinq évêques le questionnent, il reste alors longuement sans parler.
Lorsque les évêques lui font remarquer que son silence peut être marque d'humilité mais également manque de charité, il répond : « le Très Haut nous parle continuellement de sa Création, il nous instruit par le moyen du Livre des Vertus, il nous enseigne ce que nous devons faire, en nous menacent des châtiments et en nous promettant des récompenses divines. Que pourrais-je ajouter à tout cela ? ».

Il vit pauvrement en se mortifiant, faisant de ces actes le sel de sa vie.

Il Secourt avec charité toutes sortes de misères et de souffrances.
Dans la biographie du Saint, on narre même un miracle qui souligne son amour pour les pauvres, et qui est arrivé aux débuts de sa vie monastique.

Le témoin de cet évènement est un moine se prénommant Franc, lequel en fin de vie raconte aux frères que pendant un hiver étrangement rigoureux pour sa ville, il a vu dans un champ enneigé auprès d'un arbre gelé Giacomo avec une multitude de pauvres.
Le froid intense de l'hiver met en danger ces pauvres, lorsque des milliers de feuilles commencent à tomber des branches d'arbres gelés et se mettent lentement à recouvrir les indigents en les chauffant. Quelques instants plus tard, ces mêmes branches se remplissent de gros fruits juteux.
Giacomo aide tous les pauvres à se nourrir et en se tournant vers le moine Franc il lui demande d'être avec les autres moines de son couvent miséricordieux avec les pauvres.

La fête de san Giacomo est célébrée à Chiavari le 25 novembre en souvenir de ce glacial hiver où le saint accomplit son premier miracle.

Encore aujourd'hui dans la ville, le verger du saint est admirable pour sa richesse et sa grandeur.

Il meurt le 3 Mars d'une année indéterminée, sans doute en 1033. Sa dépouille mortelle est déposée dans l'église de Rupinaro, non loin de sa maison natale. Bien des années après sa mort, le 9 septembre 1200, ses reliques sont transportées dans la chapelle du monastère où il avait vécu. Dans les premières années qui suivirent, il ne fut pas objet d’un grand culte, mais au XIIIème siècle, sa vénération grandit. Dans la ville bien vite on prit l’habitude de célébrer trois messes solennelles dédiées à la mémoire du saint : le 3 Mars (anniversaire de sa mort), le 9 septembre (transfert des reliques) et le 25 novembre (commémoration du premier miracle). [/quote]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Saint Giacomo de Rupinaro
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [CXL] Saint Gapour: Ville en danger?
» [Régio] Saint Lô : 28 Mars
» Saint Nicolas !
» Baronnie de Saint Vallier
» Histoire de La Quête du Saint Graal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SIEGE DES ARCHEVECHES DE PROVENCE :: BIBLIOTHEQUE MYMY VON AHLEFELDT-OLDENBURG :: Le Dogme et le Droit Canon :: Le Livre des Vertus :: Livre III - Les Anges et les Saints :: Les Saints Anciens-
Sauter vers: