AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionRomeGardeRegistresLe Droit CanonLe Dogme

Partagez | 
 

 Hagiographie de l'Ange Al Lopas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Richelieu1
Cardinal Archevêque d'Aix-en-Provence
avatar

Lieu RP : Brignoles

Feuille de personnage
Nom et prénom: Ludovi de Sabran
Paroisse: Brignoles

MessageSujet: Hagiographie de l'Ange Al Lopas   Jeu 31 Mar 2011 - 21:19

Citation :
Le Livre des Vertus
Les Anges - Hagiographie de l'Ange Al Lopas





Ange coursier & serviteur des saints, des archanges et même de Dieu, AL Lopas sert de messager intercesseur entre les hommes et les habitants du paradis solaire. Il est tout naturellement le patron protecteur des postiers, messagers, banquiers et commis en tout genre. Les hommes peuvent donc prier AL Lopas pour qu'il serve d'intermédiaire avec les saintetés solaires moins accessibles en échange d'un don au culte.


Enfance

AL Lopas naquit dans la banlieue sud chic d’Oanylone. Il était issu des amours improbables du richissime banquier dévergondé Krediet et de la simple factrice naïve Dhlie. Très jeune, un jour, AL Lopas pensa en priant: "Dieu peut m'aider à devenir plus vif d'esprit! ... Dieu, permets-moi d'entendre Tes créations". Le résultat fut que AL Lopas était très intelligent et savait lire, écrire et compter dès son enfance. Cependant, malgré son intelligence, il passait souvent pour un fou auprès de son entourage, en raison de certains termes plus ou moins incompréhensibles, tel que "essemesse", ou "0899 191 662" qu'il marmonnait lorsqu'il méditait.

Un beau jour où il était parti pêcher à la mer avec Alicebox, sa soeur (dite la transparente en raison de son tempérament maladif, la rendant très pâle de peau) une forte bourrasque de vents saisit les eaux. AL Lopas vit alors sa soeur qui était sur le point de se noyer, il laissa échapper un "Dieu peut m’aider à la sauver … Euh, en fait non, je veux devenir super balèze plutôt". Peu après, une grande force l’amina et il réussit à sauver sa frangine de la fureur des eaux. Le lendemain, tout le quartier était au courant de l'exploit accomplit par le jeune AL Lopas. Il essaya de convaincre la population que Dieu l’avait aidé dans sa grande bonté et qu’il n’était pas un véritable héros mais les habitants d’Oanylone ne l’écoutait pas.

AL Lopas passa une bonne part de son enfance et de son adolescence à travailler successivement pour ses parents : la semaine dans la grande banque d’affaire de son père le dur Krediet et le weekend à aider sa mère la douce Dhlie à distribuer courriers et colis.


Edification

Bien que la Foi dans le Dieu d’amour révélé par Oane n'était pas encore très répandue à cette époque-la et que sa famille était totalement polythéiste, il eut la chance très jeune, de faire la rencontre d'un vieil homme aveugle qui, conscient de la vivacité d'esprit du jeune homme et de sa prédisposition spirituelle, lui enseigna les rudiments théologiques de l’époque. Rapidement, il se servit de ses enseignements pour convertir sa famille et ses amis. Seul son père était réfractaire à son baratin religieux car beaucoup plus attiré par les prêches égoïstes du cupide belzébuth.

Dans son quartier, ses premières tentatives de conversion à la vrai foi furent cependant de cuisants échecs, les idoles hétérodoxes étant encore solidement ancrés dans les traditions. Sans perdre espoir et sur les conseils du vieux sage, il se rendit alors au centre ville d’Oanylone pour visiter la tombe d’Oane qui servait de point de ralliement à une poignée de justes sous la houlette d’un certain Gabriel au destin désormais connu.

Malgré son jeune âge, Gabriel accueillit avec chaleur le nouvel arrivant et AL Lopas put partager et apprendre aux contacts de ce petit groupe de fidèles convaincus. Rapidement, il sut se rendre utile en servant de trésorier et aussi de messager pour la communauté religieuse du temple jouxtant le tombe d’Oane. Petit à petit, il étendit ses services à toutes les micro-communautés de justes de la ville. AL Lopas établi en effet en quelques années des fructueux contacts avec les différents futurs leaders du camp de la vertu : Galadrielle, Raphaëlle, Michel, Sylphaël, Georges, Miguaël et évidement Gabriel connu désormais de longue date.

Il eu rapidement l’intime conviction que le dessein divin l’avait envoyé pour servir d’agent de liaison entre les futurs archanges entre eux et avec le Très-Haut lui-même. Dieu apparu une fois lors d’une prière commune aux sept leaders vertueux pour leur confirmer cette intuition. AL Lopas mis les compétences acquises aux contacts de ses parents dans la banque et la poste au service de la juste cause divine. AL Lopas mit donc au point un solide réseau de messagers, de coursiers et de trésoriers sous la houlette des archanges afin d’unifier et d’organiser au mieux la communauté naissante de fidèles.


Enracinement

Une fois sa formation spirituelle jugée suffisante, AL Lopas revint régulièrement dans son quartier afin d'y prêcher la seule vraie foi. En racontant ses actions au service de la vertu et de Dieu, il parlait avec une telle passion, une telle ferveur, que son entourage proche était captivée par son récit et c'est ainsi que leur coeur entendit la voix de Dieu, et qu'ils furent touchés par la Foi.

Cependant, même si sa famille et certains de ses amis suivaient son exemple, beaucoup d’habitants restèrent incrédules. Ainsi, après une soirée où il avait désespérément tenté en vain de transmettre les valeurs les plus pures à des paysans qui ne le prenait pas au sérieux, il se rendit dépité au temple d’Oane, et marmonna alors :" Dieu peut m’aider ! … S'te plait, s'te plait, j'veux devenir super populaire" afin d’être plus crédible.

Le lendemain, il reçut un courrier du maire du quartier qui lui proposait de devenir conseiller spirituel local ! Mais cela ne suffisait pas encore, alors AL Lopass pria en pensant à Marie son actrice préférée:"Dieu peut encore m'aider à développer mon charisme ! ... Seigneur, rends moi comme Marie, plein de tes grâces s'te plait". Durant les semaines qui suivirent, le jeune AL Lopas devenait de plus en plus connu, respecté et influent au sein du quartier et ses enseignements n'en étaient que plus pris au sérieux, les habitants de son quartier commencèrent enfin à fréquenter timidement la prière journalière.


La diffusion de la Foi

Le goupe de fidèles suivant AL Lopas dans la banlieue sud d’ Oanylone grossissaient au fil des jours et ils ne manquaient aucune prière. Ils se sentaient aimés de Dieu, car au fur et à mesure qu'ils priaient, leur travail aux champs étaient mieux récompensés : le cultivateur de maïs se sentait plus fort quand venait l'heure de labourer son champ, et l'éleveur de mouton plus intelligent quand il lui fallait tondre la laine, même l'homme politique sentait qu'il avait plus de charisme au moment de prendre de grandes décisions. Tout ceci ne faisait que renforcer leur Foi, et pour remercier Dieu, ils essayaient de devenir encore plus vertueux. AL Lopas prononça à cette époque un sermon qui resta longtemps dans les mémoires.

Vous êtes tout faible ? Vous êtes laid ? Vous êtes fauché ? Votre bourse est vide ?
Dieu peut vous aider !
Vous ne savez pas jouer au trivial poursuit et vous êtes ridicule en société
Dieu peut vous aider !
Vous en avez assez du pain et du maïs ?
Dieu peut vous aider à manger autre chose !
Vous êtes impopulaire dans votre ville ?
Dieu peut vous aider à être populaire !
Vous vous sentez bête ? C'est hélas probable
Mais Dieu peut vous aider !
Raz-le-bol des files d'attente au marché ?
Dieu peut vous aider !

Mais Dieu et ses bonnes œuvres ont aussi besoin d’un coup de pouce de votre part. Aidez nous et Dieu vous aidera sur notre recommandation. Rajouta AL Lopas avant faire la quête pour le denier du culte afin de financer la mise en place d’un fort ambitieux programme social pour le quartier. A la fin de son sermon, AL Lopas pria intérieurement en pensant:"Dieu peut m'aider à faire de cette collecte un succès! ... Donne-moi la fortune, Seigneur". Le résultat fut évidement au rendez-vous.

Un jour qu'AL Lopas se dirigeait vers un nouveau quartier, il vit un paysan, vêtu de haillons, les mains meurtries à force d'un dur labeur. Ce dernier pleurait, assis sur le bord de la route. AL Lopas, touché par la tristesse de cet homme, s'approcha et lui demanda pourquoi la raison de sa tristesse. Le paysan lui montra ses mains: "Voyez mes mains, et voyez mes champs!" D'un geste, il montra à AL Lopas une étendue de terre aride.
"Quoi que je fasse, quel que soit le travail que je fournis, mes récoltes sont toujours mauvaises! Il n'y a rien à faire, cette terre n'est pas fertile! J'arrive à peine à survivre, je ne suis pas récompensé de mes efforts..." Sur ce, il se remit à pleurer de plus belle. Alors AL Lopas mit à lui parler de Dieu, d'Oane... Il réussit à convertir le paysan...et ensemble ils se mirent à prier. Quelques jours après, au village, AL Lopas s'apprêtait à faire son discours sur la grand place. Au milieu de la foule, il distingua la silhouette du paysan qui s'approcha et se jeta à ses pieds, il le remercia. "Depuis votre venue, il s'est produit un miracle: il y a des pousses dans mon champs, je vais avoir une bonne récolte!". Les gens aux alentours avaient entendu la conversation, alors qu'ils savaient que le champ n'était pas fertile! Très vite, les gens se mirent à dire qu'AL Lopas était à l'origine de ce miracle. Sa réputation se répandait comme de la poudre... et partout des gens vinrent le voir pour qu'il accomplisse des miracles. Cependant, à chacune de ces demandes, Saint AL Lopas répondait que les miracles ne provenaient que de la ferveur de leur Foi et des dons consentis au culte.


Les profiteurs

Cependant, parmi ce flot de personnes se trouvèrent d'ignobles pécheurs qui ne voyaient en cette personne qu'une poule aux oeufs d'or, et, tandis qu'AL Lopas rendait la ferveurs aux humains, un homme mesquin nommé Harpagon vint le voir. Il s'agissait d'un riche noble, mais pour l'occasion, il s'était vêtu de simples haillons afin de passer pour un pauvre ère nécessiteux. Il s'adressa au à AL Lopas en ces termes :"Hé la monsieur, bien le bonjour! Votre renommé commence à faire le tour des quartiers et j'ai appris que vous faisiez des miracles!".

AL Lopas, quelque peu gêné lui répondit : "Hum, des miracles, le mot est grand, je me contente juste d'inciter les gens à croire en Dieu fin qu'ils les prient dans leurs moments de difficultés." Harpagon répondit: "Mais oui mais oui! C'est magnifique, bon, voilà, j'ai moi aussi besoin d'aide, je viens d'obtenir mon premier champ, et j'avoue que je ne sais plus où donner de l'ouvrage... alors, je me disais que... enfin vous voyez n'est-ce pas?". AL Lopas: "Oui bien sûr. Mais avant, Croyez-vous en Dieu comme moteur du monde ? Et souhaitez-vous vivre dans la vertu divine la plus pure? Etes vous prêt à soutenir financièrement la construction du royaume divin en ce monde ?".

Harpagon commençait à s'impatienter et répondit bien hypocritement. "Mais oui! Je crois en tout ça et je vais tant que c'est possible à la prière commune!. AL Lopas : "Bien, alors agenouille-toi auprès de moi, nous allons ensemble prier Dieu pour que tu récoltes des biens à la hauteur de ton engagement spirituel et matériel." AL Lopas s'agenouilla et commença à prier silencieusement tout en énumérant une étrange suite de chiffres. Harpagon le guettait du coin de l'oeil sans trop comprendre, mais excité à l'idée de devenir plus riche. Quand enfin AL Lopas se leva, Harpagon resta encore agenouillé quelques instants à faire semblant de prier par pure hypocrisie, puis se leva à son tour et remercia de manière fort brève le saint. Le lendemain, à son réveil, il alla faire un tour dans ses terres et manqua de s'évanouir en découvrant qu'une bonne partie de ses récoltes avaient disparues durant la nuit.


La rédemption

Harpagon s'en alla donc, fort mécontent, voir le jeune AL Lopas. Il l'accosta violemment : "Hé ho toi! Dis donc voir un peu, c'est pas un peu de l'arnaque ta prière? Nan mais t'as vu l'état de mon champ?". AL Lopas l'approcha alors avec douceur, il n'eut pas grand peine à comprendre ce qui s'était produit, alors, d'une voix calme et posée, il lui répondit :"Bien sûr que j'ai vu l'état de tes champs... mais toi, de ton côté, as-tu vu comme ta soif de biens terrestres t'as rendu moche? Non, pas moche extérieurement, mais à l'intérieur, est-tu fier d'avoir menti, en espérant ainsi augmenter des gains dont tu n'as pas nécessité? As tu été généreux lors de la collecte du denier du culte ? Regarde les pauvres autour de toi, ils n'ont pas grand chose, mais n'hésitent pas à partager et à se montrer humble envers Dieu... n'admires-tu pas leur conviction?" Harpagon ne sachant plus trop quoi répondre, il se passa un long moment de silence, lorsque enfin, ce dernier s'agenouilla humblement et demanda à AL Lopas : "Dis moi... comment puis-je racheter mes fautes?"


La trahison

Harpagon devint alors disciple de Saint AL Lopas. La renommée et le succès des prêches d'AL Lopas fut loin de plaire à son père le grand banquier Krediet. En effet, la bourgoisie préférait désormais financer les bonnes oeuvres du culte plutôt que de lui confier son argent. Excité par le sombre et cupide belzébuth, Krediet, essaya d'abord de convaincre son fils de rentrer dans le chemin bancaire familial. AL Lopas refusa successivement de prélever une forte commission sur le denier du culte, de détourner la caisse, de faire sous-traiter les opérations de trésorie de la communauté par son père et finalement de tout partager avec lui. Après de multiples dicussions orageuses entre eux, le dur Krediet décida de passer à l'action et de engagea Aubagne, un vil industriel arriviste fatigué de voir le bas peuple passer de plus en plus de temps à prier au lieu de travailler, qui pensait qu'il était désormais temps de mettre fin aux exploits d'AL Lopas.

Ils mirent au point un plan extrêmement simple pour abattre AL Lopas : Krédiet usa un peu de sa fortune personnel pour payer quelque mercenaires recruté par Aubagne qui se chargèrent sans mal de régler son compte au saint homme, sous les yeux désolés de son disciple harpagon. Le combat ne dura pas longtemps, et il fut poignardé en plein ventre. Quand enfin, ils le laissèrent pour mort, AL Lopas eu le courage de prononcer une dernière phrase à Harpagon qui se tenait près de lui : "N'oublie pas de voter pour les Royaumes Renaissants & divins... une fois par jour...". AL Lopas ne serait pas vraiment mort à ce moment grâce à la protection de Dieu et de son immunité angélique mais il n'est plus jamais apparu à un homme en chair et en os depuis ce moment là. Désormais, il s'est consacré exclusivement à son rôle de messager au service des Archanges, du Grand-patron ainsi que de lien spirituel privilégié entre hommes et les saintetés du paradis solaire.


Citation : L'impossible n'est qu'un manque de Foi et preuve de radinerie! Pour obtenir quelque chose, il faut avoir le courage d'en payer le prix !

Relique : un étrange boitier fait avec du bois de la forêt de Draguignan avec des numéros écris dessus dessus... à quoi cela peut-il bien servir ?

Code:
[quote][size=18][color=#000099][i][b]Le Livre des Vertus[/b]
Les Anges - Hagiographie de l'Ange Al Lopas[/i] [/color][/size]

[img]http://img257.imageshack.us/img257/7695/saintofficelibricopiedy7.gif[/img]


[color=black]Ange coursier & serviteur des saints, des archanges et même de Dieu, AL Lopas sert de messager intercesseur entre les hommes et les habitants du paradis solaire. Il est tout naturellement le patron protecteur des postiers, messagers, banquiers et commis en tout genre. Les hommes peuvent donc prier AL Lopas pour qu'il serve d'intermédiaire avec les saintetés solaires moins accessibles en échange d'un don au culte.


[b]Enfance[/b]

AL Lopas naquit dans la banlieue sud chic d’Oanylone. Il était issu des amours improbables du richissime banquier dévergondé Krediet et de la simple factrice naïve Dhlie. Très jeune, un jour, AL Lopas pensa en priant: "Dieu peut m'aider à devenir plus vif d'esprit! ... Dieu, permets-moi d'entendre Tes créations". Le résultat fut que AL Lopas était très intelligent et savait lire, écrire et compter dès son enfance. Cependant, malgré son intelligence, il passait souvent pour un fou auprès de son entourage, en raison de certains termes plus ou moins incompréhensibles, tel que "essemesse", ou "0899 191 662" qu'il marmonnait lorsqu'il méditait.

Un beau jour où il était parti pêcher à la mer avec Alicebox, sa soeur (dite la transparente en raison de son tempérament maladif, la rendant très pâle de peau) une forte bourrasque de vents saisit les eaux. AL Lopas vit alors sa soeur qui était sur le point de se noyer, il laissa échapper un "Dieu peut m’aider à la sauver … Euh, en fait non, je veux devenir super balèze plutôt". Peu après, une grande force l’amina et il réussit à sauver sa frangine de la fureur des eaux. Le lendemain, tout le quartier était au courant de l'exploit accomplit par le jeune AL Lopas. Il essaya de convaincre la population que Dieu l’avait aidé dans sa grande bonté et qu’il n’était pas un véritable héros mais les habitants d’Oanylone ne l’écoutait pas.

AL Lopas passa une bonne part de son enfance et de son adolescence à travailler successivement pour ses parents : la semaine dans la grande banque d’affaire de son père le dur Krediet et le weekend à aider sa mère la douce Dhlie à distribuer courriers et colis.


[b]Edification[/b]

Bien que la Foi dans le Dieu d’amour révélé par Oane n'était pas encore très répandue à cette époque-la et que sa famille était totalement polythéiste, il eut la chance très jeune, de faire la rencontre d'un vieil homme aveugle qui, conscient de la vivacité d'esprit du jeune homme et de sa prédisposition spirituelle, lui enseigna les rudiments théologiques de l’époque. Rapidement, il se servit de ses enseignements pour convertir sa famille et ses amis. Seul son père était réfractaire à son baratin religieux car beaucoup plus attiré par les prêches égoïstes du cupide belzébuth.

Dans son quartier, ses premières tentatives de conversion à la vrai foi furent cependant de cuisants échecs, les idoles hétérodoxes étant encore solidement ancrés dans les traditions. Sans perdre espoir et sur les conseils du vieux sage, il se rendit alors au centre ville d’Oanylone pour visiter la tombe d’Oane qui servait de point de ralliement à une poignée de justes sous la houlette d’un certain Gabriel au destin désormais connu.

Malgré son jeune âge, Gabriel accueillit avec chaleur le nouvel arrivant et AL Lopas put partager et apprendre aux contacts de ce petit groupe de fidèles convaincus. Rapidement, il sut se rendre utile en servant de trésorier et aussi de messager pour la communauté religieuse du temple jouxtant le tombe d’Oane. Petit à petit, il étendit ses services à toutes les micro-communautés de justes de la ville. AL Lopas établi en effet en quelques années des fructueux contacts avec les différents futurs leaders du camp de la vertu : Galadrielle, Raphaëlle, Michel, Sylphaël, Georges, Miguaël et évidement Gabriel connu désormais de longue date.

Il eu rapidement l’intime conviction que le dessein divin l’avait envoyé pour servir d’agent de liaison entre les futurs archanges entre eux et avec le Très-Haut lui-même. Dieu apparu une fois lors d’une prière commune aux sept leaders vertueux pour leur confirmer cette intuition. AL Lopas mis les compétences acquises aux contacts de ses parents dans la banque et la poste au service de la juste cause divine. AL Lopas mit donc au point un solide réseau de messagers, de coursiers et de trésoriers sous la houlette des archanges afin d’unifier et d’organiser au mieux la communauté naissante de fidèles.


[b]Enracinement[/b]

Une fois sa formation spirituelle jugée suffisante, AL Lopas revint régulièrement dans son quartier afin d'y prêcher la seule vraie foi. En racontant ses actions au service de la vertu et de Dieu, il parlait avec une telle passion, une telle ferveur, que son entourage proche était captivée par son récit et c'est ainsi que leur coeur entendit la voix de Dieu, et qu'ils furent touchés par la Foi.

Cependant, même si sa famille et certains de ses amis suivaient son exemple, beaucoup d’habitants restèrent incrédules. Ainsi, après une soirée où il avait désespérément tenté en vain de transmettre les valeurs les plus pures à des paysans qui ne le prenait pas au sérieux, il se rendit dépité au temple d’Oane, et marmonna alors :" Dieu peut m’aider ! … S'te plait, s'te plait, j'veux devenir super populaire" afin d’être plus crédible.

Le lendemain, il reçut un courrier du maire du quartier qui lui proposait de devenir conseiller spirituel local ! Mais cela ne suffisait pas encore, alors AL Lopass pria en pensant à Marie son actrice préférée:"Dieu peut encore m'aider à développer mon charisme ! ... Seigneur, rends moi comme Marie, plein de tes grâces s'te plait". Durant les semaines qui suivirent, le jeune AL Lopas devenait de plus en plus connu, respecté et influent au sein du quartier et ses enseignements n'en étaient que plus pris au sérieux, les habitants de son quartier commencèrent enfin à fréquenter timidement la prière journalière.


[b]La diffusion de la Foi[/b]

Le goupe de fidèles suivant AL Lopas dans la banlieue sud d’ Oanylone grossissaient au fil des jours et ils ne manquaient aucune prière. Ils se sentaient aimés de Dieu, car au fur et à mesure qu'ils priaient, leur travail aux champs étaient mieux récompensés : le cultivateur de maïs se sentait plus fort quand venait l'heure de labourer son champ, et l'éleveur de mouton plus intelligent quand il lui fallait tondre la laine, même l'homme politique sentait qu'il avait plus de charisme au moment de prendre de grandes décisions. Tout ceci ne faisait que renforcer leur Foi, et pour remercier Dieu, ils essayaient de devenir encore plus vertueux. AL Lopas prononça à cette époque un sermon qui resta longtemps dans les mémoires.

Vous êtes tout faible ? Vous êtes laid ? Vous êtes fauché ? Votre bourse est vide ?
Dieu peut vous aider !
Vous ne savez pas jouer au trivial poursuit et vous êtes ridicule en société
Dieu peut vous aider !
Vous en avez assez du pain et du maïs ?
Dieu peut vous aider à manger autre chose !
Vous êtes impopulaire dans votre ville ?
Dieu peut vous aider à être populaire !
Vous vous sentez bête ? C'est hélas probable
Mais Dieu peut vous aider !
Raz-le-bol des files d'attente au marché ?
Dieu peut vous aider !

Mais Dieu et ses bonnes œuvres ont aussi besoin d’un coup de pouce de votre part. Aidez nous et Dieu vous aidera sur notre recommandation. Rajouta AL Lopas avant faire la quête pour le denier du culte afin de financer la mise en place d’un fort ambitieux programme social pour le quartier. A la fin de son sermon, AL Lopas pria intérieurement en pensant:"Dieu peut m'aider à faire de cette collecte un succès! ... Donne-moi la fortune, Seigneur". Le résultat fut évidement au rendez-vous.

Un jour qu'AL Lopas se dirigeait vers un nouveau quartier, il vit un paysan, vêtu de haillons, les mains meurtries à force d'un dur labeur. Ce dernier pleurait, assis sur le bord de la route. AL Lopas, touché par la tristesse de cet homme, s'approcha et lui demanda pourquoi la raison de sa tristesse. Le paysan lui montra ses mains: "Voyez mes mains, et voyez mes champs!" D'un geste, il montra à AL Lopas une étendue de terre aride.
"Quoi que je fasse, quel que soit le travail que je fournis, mes récoltes sont toujours mauvaises! Il n'y a rien à faire, cette terre n'est pas fertile! J'arrive à peine à survivre, je ne suis pas récompensé de mes efforts..." Sur ce, il se remit à pleurer de plus belle. Alors AL Lopas mit à lui parler de Dieu, d'Oane... Il réussit à convertir le paysan...et ensemble ils se mirent à prier. Quelques jours après, au village, AL Lopas s'apprêtait à faire son discours sur la grand place. Au milieu de la foule, il distingua la silhouette du paysan qui s'approcha et se jeta à ses pieds, il le remercia. "Depuis votre venue, il s'est produit un miracle: il y a des pousses dans mon champs, je vais avoir une bonne récolte!". Les gens aux alentours avaient entendu la conversation, alors qu'ils savaient que le champ n'était pas fertile! Très vite, les gens se mirent à dire qu'AL Lopas était à l'origine de ce miracle. Sa réputation se répandait comme de la poudre... et partout des gens vinrent le voir pour qu'il accomplisse des miracles. Cependant, à chacune de ces demandes, Saint AL Lopas répondait que les miracles ne provenaient que de la ferveur de leur Foi et des dons consentis au culte.


[b]Les profiteurs[/b]

Cependant, parmi ce flot de personnes se trouvèrent d'ignobles pécheurs qui ne voyaient en cette personne qu'une poule aux oeufs d'or, et, tandis qu'AL Lopas rendait la ferveurs aux humains, un homme mesquin nommé Harpagon vint le voir. Il s'agissait d'un riche noble, mais pour l'occasion, il s'était vêtu de simples haillons afin de passer pour un pauvre ère nécessiteux. Il s'adressa au à AL Lopas en ces termes :"Hé la monsieur, bien le bonjour! Votre renommé commence à faire le tour des quartiers et j'ai appris que vous faisiez des miracles!".

AL Lopas, quelque peu gêné lui répondit : "Hum, des miracles, le mot est grand, je me contente juste d'inciter les gens à croire en Dieu fin qu'ils les prient dans leurs moments de difficultés." Harpagon répondit: "Mais oui mais oui! C'est magnifique, bon, voilà, j'ai moi aussi besoin d'aide, je viens d'obtenir mon premier champ, et j'avoue que je ne sais plus où donner de l'ouvrage... alors, je me disais que... enfin vous voyez n'est-ce pas?". AL Lopas: "Oui bien sûr. Mais avant, Croyez-vous en Dieu comme moteur du monde ? Et souhaitez-vous vivre dans la vertu divine la plus pure? Etes vous prêt à soutenir financièrement la construction du royaume divin en ce monde ?".

Harpagon commençait à s'impatienter et répondit bien hypocritement. "Mais oui! Je crois en tout ça et je vais tant que c'est possible à la prière commune!. AL Lopas : "Bien, alors agenouille-toi auprès de moi, nous allons ensemble prier Dieu pour que tu récoltes des biens à la hauteur de ton engagement spirituel et matériel." AL Lopas s'agenouilla et commença à prier silencieusement tout en énumérant une étrange suite de chiffres. Harpagon le guettait du coin de l'oeil sans trop comprendre, mais excité à l'idée de devenir plus riche. Quand enfin AL Lopas se leva, Harpagon resta encore agenouillé quelques instants à faire semblant de prier par pure hypocrisie, puis se leva à son tour et remercia de manière fort brève le saint. Le lendemain, à son réveil, il alla faire un tour dans ses terres et manqua de s'évanouir en découvrant qu'une bonne partie de ses récoltes avaient disparues durant la nuit.


[b]La rédemption[/b]

Harpagon s'en alla donc, fort mécontent, voir le jeune AL Lopas. Il l'accosta violemment : "Hé ho toi! Dis donc voir un peu, c'est pas un peu de l'arnaque ta prière? Nan mais t'as vu l'état de mon champ?". AL Lopas l'approcha alors avec douceur, il n'eut pas grand peine à comprendre ce qui s'était produit, alors, d'une voix calme et posée, il lui répondit :"Bien sûr que j'ai vu l'état de tes champs... mais toi, de ton côté, as-tu vu comme ta soif de biens terrestres t'as rendu moche? Non, pas moche extérieurement, mais à l'intérieur, est-tu fier d'avoir menti, en espérant ainsi augmenter des gains dont tu n'as pas nécessité? As tu été généreux lors de la collecte du denier du culte ? Regarde les pauvres autour de toi, ils n'ont pas grand chose, mais n'hésitent pas à partager et à se montrer humble envers Dieu... n'admires-tu pas leur conviction?" Harpagon ne sachant plus trop quoi répondre, il se passa un long moment de silence, lorsque enfin, ce dernier s'agenouilla humblement et demanda à AL Lopas : "Dis moi... comment puis-je racheter mes fautes?"


[b]La trahison[/b]

Harpagon devint alors disciple de Saint AL Lopas. La renommée et le succès des prêches d'AL Lopas fut loin de plaire à son père le grand banquier Krediet. En effet, la bourgoisie préférait désormais financer les bonnes oeuvres du culte plutôt que de lui confier son argent. Excité par le sombre et cupide belzébuth, Krediet, essaya d'abord de convaincre son fils de rentrer dans le chemin bancaire familial. AL Lopas refusa successivement de prélever une forte commission sur le denier du culte, de détourner la caisse, de faire sous-traiter les opérations de trésorie de la communauté par son père et finalement de tout partager avec lui. Après de multiples dicussions orageuses entre eux, le dur Krediet décida de passer à l'action et de engagea Aubagne, un vil industriel arriviste fatigué de voir le bas peuple passer de plus en plus de temps à prier au lieu de travailler, qui pensait qu'il était désormais temps de mettre fin aux exploits d'AL Lopas.

Ils mirent au point un plan extrêmement simple pour abattre AL Lopas : Krédiet usa un peu de sa fortune personnel pour payer quelque mercenaires recruté par Aubagne qui se chargèrent sans mal de régler son compte au saint homme, sous les yeux désolés de son disciple harpagon. Le combat ne dura pas longtemps, et il fut poignardé en plein ventre. Quand enfin, ils le laissèrent pour mort, AL Lopas eu le courage de prononcer une dernière phrase à Harpagon qui se tenait près de lui : "N'oublie pas de voter pour les Royaumes Renaissants & divins... une fois par jour...". AL Lopas ne serait pas vraiment mort à ce moment grâce à la protection de Dieu et de son immunité angélique mais il n'est plus jamais apparu à un homme en chair et en os depuis ce moment là. Désormais, il s'est consacré exclusivement à son rôle de messager au service des Archanges, du Grand-patron ainsi que de lien spirituel privilégié entre hommes et les saintetés du paradis solaire.


[b]Citation : [/b]L'impossible n'est qu'un manque de Foi et preuve de radinerie! Pour obtenir quelque chose, il faut avoir le courage d'en payer le prix !

[b]Relique :[/b] un étrange boitier fait avec du bois de la forêt de Draguignan avec des numéros écris dessus dessus... à quoi cela peut-il bien servir ?[/color][/quote]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Hagiographie de l'Ange Al Lopas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'ange Al Lopas
» Hagiographie de Bienheureux Gatien de Tours
» Un "ange" à la couronne.
» Forum RPG d'ange contre démons
» Hagiographie de Georges de Lydda

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SIEGE DES ARCHEVECHES DE PROVENCE :: BIBLIOTHEQUE MYMY VON AHLEFELDT-OLDENBURG :: Le Dogme et le Droit Canon :: Le Livre des Vertus :: Livre III - Les Anges et les Saints :: Les Anges-
Sauter vers: