AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionRomeGardeRegistresLe Droit CanonLe Dogme

Partagez | 
 

 Bienheureux Minus Mailhes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
UterPendragon

avatar

Lieu RP : Aix-La-Chapelle

Feuille de personnage
Nom et prénom: Aimé Von Frayner dict UterPendragon
Paroisse: Toulon pardi !

MessageSujet: Bienheureux Minus Mailhes   Dim 22 Fév 2009 - 13:33

Citation :

les Bienheureux - Bienheureux Minus Mailhes



Cinquième d'une famille pauvre mais pas miséreuse, Mailhes dut cependant quitter la chaumière après la moisson pour chercher meilleure pitance. Errant et subsistant comme il le put, il échoua à La Trémouille ou le recueillirent Saint Karel et son épouse Patity qui l'instruirent des principes de la Foi. C'est dans les rues de la cité poitevine que Mailhes, déjà doté d'une forte stature se trouva surnommé Minus par ses camarades de jeu, patronyme qu'il garda jusqu'à sa mort.

A la mort de son protecteur, et désireux de suivre son exemple malgré son peu d'instruction, Minus Mailhes quitta le Poitou pour se rendre à Avranches en Normandie, sur les terres où mourut Saint Lescure.


LES JEUNES ANNÉES, L'AFFIRMATION DE LA FOI

Citation :
Création VI - §5
Dieu leur demanda donc : "Vous vivez grâce à Moi, car Je suis votre créateur. Vous vous nourrissez, vous vous reproduisez, vous élevez votre progéniture. Mais vous ne savez pas pourquoi vous vivez. Selon vous, quel sens ai-Je donné à la vie ?".
Citation :
Lettre à sa mère de cœur, Patity.

Mère,

Me voici donc arrivé depuis quelques temps déjà à Avranches et pourtant je songe déjà à quitter ces lieux étranges. Non pas que la paroisse soit laissée à elle-même, tant le travail que réalise le père Cédric de Flandres est admirable. Non pas que les rues ne soient pas animées, loin de là….

Car depuis mon arrivée, j'ai pu compter jusqu'à 5682, non 5683, pardon... ...5690... 5701... ... ... mais j'ai rapidement perdu le fil. Il m'a été proposé de dédier des bisous à mon avranchaise favorite, et ce dans un moulin, mais je n'étais guère sûr que cela soit très conforme à l'éducation aristotélicienne que j'ai reçu. Je suis aller au mariage de l'un et de l'autre avant d'être inviter à manger une des nombreuses maisons du bonheur qui composent le village. Après avoir refusé de devenir PomPom Boy pour fêter l'élection de Miss Avranches (ou de l'influence des Anglois sur les us normands), j'ai voulu chercher la sérénité le long de la rivière mais je n'ai entendu que les plaintes amoureuses de Hurlu et Berlu. Je me suis toujours appliqué à souhaiter de joyeux anniversaires avec bonne humeur, avant de m'installer sur la place du marché pour écouter à nouveau les effusions d'Hurlu et Berlu qui semblaient s'être réconciliés…

Je fus, chère mère, fort préservé de ces événements lorsque je me trouvais à La Trémouille. Et alors que je pensais combattre en ces terres normandes l'hérésie qui terrassa Saint Lescure, ce grand homme respecté par notre bien-aimé Karel, je ne découvre autour de moi que frivolités et autres billevesées.

Je ne peux croire que la vie temporelle se résume à de telles inepties. L'œuvre divine ne peut être ignorée ainsi et c'est l'acédie qui guette ces enfants de Dieu. Au final, je me rend compte que si je ne suis pas prêt à prononcer les vœux, ma place ne se trouve pas pour autant entre les heureux(ses), les comblé(e)s et les aveuglé(e)s... Rome sera ma prochaine destination. J'y trouverais peut-être des réponses à mes interrogations.

Sincèrement,
Minus Mailhes.

P.S. : Soyez vigilante chère mère, car il m'est venu aux oreilles qu'une créature dénommée Esurnir s'agite sur nos terres poitevines avec pour but de se poser en véritable défenseur de la Foi. Souvenons-nous des méfaits des sauveurs autoproclamés.
N.B. : Juste pressentiment qu'eut là le jeune Mailhes car quelques temps plus tard de durs mots furent échangés entre Patity et Esurnir, altercation qui aboutit, au grand désespoir du bienheureux, au reniement par sa mère de la Foi aristotélicienne, épisode qui l'affecta durablement et qu'il ne digéra jamais (malgré son imposante bedaine).

Parti d'Avranches, Minus Mailhes se dirigea alors vers Rome où sa carrure de joueur de soule (jeu pour lequel il ne présenta paradoxalement aucune prédisposition particulière) l'amena à intégrer la Garde Papale naissante. Etant alors de son propre aveu insuffisamment lettré mais voulant malgré tout accompagner l'Eglise, il espérait ainsi espérant servir au mieux Sa Sainteté et le Livre des Vertus. C'est également ainsi qu'il fit la découverte des dédales de Rome, cité qu'il finit par connaître mieux que sa propre besace.

Mais Minus Mailhes n'était pas homme à contraindre par la force ses frères et sœurs devant le Créateur, et ne sachant quelle voie emprunter, il se retira au monastère de Tastevin, fraîchement inauguré.


LA THÉOLOGIE, SON VERITABLE MINISTERE

Citation :
Paroles de Saint Karel
Mais le service de l’Eternel apporte plus de fruits que toutes les richesses ne le pourront jamais.
Citation :
Lettre à Cédric de Flandres, curé d'Avranches.

Mon Père,

Comme suite à vos conseils, je continue à parcourir les Royaumes à la recherche de la voie qui sera pour moi la meilleure façon de vivre ma Foi. Mais Rome n'a fait que m'apprendre à m'exprimer en notre Eglise. Si cela s'avère fort utile, je ne sais pour autant de quelle manière m'exprimer. Dans ce but, et afin de faire retraite pour mieux réfléchir, j'ai rejoint depuis quelques temps déjà la communauté monacale de Tastevin d'où je vous écrit.

Tastevin… Rarement société humaine aura plus mal porté son nom. Car en réalité, nul breuvage n'est ici distribué pour que nous puissions tromper l'ennui. Et la brasserie qui devrait faire le renom de l'abbaye n'a pour l'instant guère produit de mousse… Bénis soient mes frères Zeuxp et Ahd d'avoir en leur cellule une réserve personnelle de qualité.

Mais je mets également à profit cette solitude monacale pour m'instruire des textes sacrés, depuis les textes de la Création jusqu'aux Vitæ de nos saints. J'y trouve plus que de l'intérêt tant la richesse de ces écrits m'apporte une sérénité que je n'aurais jamais cru imaginer. Mon séjour à Tastevin ne marquera certes pas les mémoires, mais il est pour moi l'étape qui m'aura révélé la voie que je souhaite emprunter.

Votre serviteur,
Minus Mailhes
Cette passion pour les Ecritures ne quitta jamais notre homme, et à la lecture, il associa bientôt l'écriture qu'il mit au service de son admiration pour les plus illustres personnages de l'Eglise. C'est ainsi qu'au cours de son existence il réalisa les hagiographies de son protecteur Saint Karel (Fondateur Thomiste), de Saint Abysmo (Templier et Fondateur Thomiste), Saint Himérius (Père de l'Eglise et Fondateur Thomiste), Sainte Illinda (Mère de l'Eglise) et Saint Trufaldini le Bien Aimé (Fondateur du thomisme et modèle de Vertu).

A la suite de ces travaux il eut l'occasion d'être appelé à Rome et travailla, sous l'égide de Saint Nicolaïde (dit FrèreNico) puis de l'illustre Jeandalf au sein de la Congrégation du Saint-Office de l'Eglise Romaine Aristotélicienne, recevant par là même le titre de Théologien. Minus Mailhes se consacra à ces études jusqu'à sa mort, participant en tant qu'Archiviste à l'édification de la Bibliothèque Aristotélicienne Universelle selon les plans de son Eminence Pouyss aux côtés de celui qui deviendra son ami, Pierre Morgan de Lusignan.
Citation :
Lettre à Pierre Morgan de Lusignan, Recteur Lescurien.

Mon ami,

Quelle joie et quelle fierté d'œuvrer modestement à la fondation de la somme théologique dont useront les futurs prêtres aristotéliciens pour diffuser le message divin autour d'eux. Rien ne m'est plus plaisant que de discourir avec mes frères théologiens ou que de me retrouver seul au milieu des rayonnages qui contiennent les paroles de tant d'hommes et de femmes d'Eglise.

Pourtant, et cela me chagrine quelque peu, j'ai le sentiment que trop souvent nous nous égarons dans de trop longs débats scolastiques, débats fort peu accessibles au commun des aristotéliciens. Il me semble que nous devrions travailler en direction des plus simples pour que le Dogme puisse être de façon claire par le plus grand nombre. Car avouons-le, le Saint Office ressemble parfois moins à un rassemblement d'exégètes qu'à une étude d'hommes de lois… Sur ce point le jeune Vincent Diftain me paraît fort prometteur en matière de vulgarisation.

Pour cette raison, je me suis décidé à ouvrir à Luxeuil où je me trouve "La Taverne de Saint Abysmo". Je crois qu'il est possible de faire comprendre en des termes simples les grands principes de notre Foi. Car l'aristotélisation des Royaumes nécessite une attention toujours permanente. Je ne manquerais pas de vous entretenir bientôt des résultats de cette entreprise.

Fraternellement,
Minus Mailhes.

LE PRÊCHE, L'EXEMPLE DE SAINT KAREL

Citation :
Sixième livre de la Vita de Christos le Sage
Repentez-vous ! Confessez-vous de vos pêchés, car le Très Haut n’aime pas voir le vice envahir la cité des Hommes.
Mais avant d'être un tavernier féru de théologie, Minus Mailhes avait éprouvé ses qualités de prêcheur en se rendant parfois loin des frontières du Royaume de France. Terre angloyses, Saint Empire germanophone ou francophone, ses pas le menèrent là où il croyait pouvoir diffuser les paroles du Créateur, respectant ainsi la tradition de prêche du thomisme.
Citation :
Lettre à Antoine, frère thomiste.

Mon frère,

Me voici donc en terre angloyse dont l'étrange parler n'est finalement pas si incompréhensible. Même si je dois avouer que les aristotéliciens que j'ai rencontrés font preuve d'une grande patience à mon égard. Cependant la Grande Réforme d'Eugène V n'a semble t'il pas encore totalement percée en ces contrées et cela facilite d'autant la bonne audience du message thomiste.

Malheureusement, comme sur le continent, la désertion de nombre d'églises est véritable. A mon sens les exigences théologiques pour l'obtention de la charge de prêtre sont trop grandes et celle-ci devrait être accessible aux artisans.

Quoi qu'il en soit, et pour mieux encore diffuser le message divin, j'ai décidé de me porter candidat à la charge de maire de la paroisse de Sommerset. La chose ne sera pas facile car j'ai en face de moi la noble Budicca, intègre et excellent rhéteur. Mais plus le temps passe et plus il me semble que la place d'un Théologien est autant à la mairie que dans une église.

Car les choses du monde, même les plus simples ne peuvent être laissées aux mains des gens de peu de savoir. Figurez-vous que j'ai pu ouïr un Conseiller Comtal que notre Terre tournait !!! Tourner !!! Quelle injure à la raison d'Aristote ! Car si cela était, les manèges auraient depuis longtemps fait faillite !

Fraternellement,
Minus Mailhes.
L'expérience électorale fut un échec et Minus Mailhes se consacra alors à établir des ponts entre Rome et les aristotéliciens angloys, suivant en cela l'exemple de Son Eminence Latan. Visionnaire bien connu, ce dernier lui lança d'ailleurs un jour : "Un pont entre le Royaume Angloys et le continent ? Quelle merveilleuse idée ! Quelle meilleure image pour décrire la lumière que nous voyons au bout de ce Tunnel !". Mais appelé à de plus importantes responsabilités au sein de la Congrégation de Saint Thomas, Minus Mailhes quitta l'île à regret.
Citation :
Lettre à Metalxela, templier et frère thomiste.

Mon frère,

Grand est l'honneur que me font les thomistes de me choisir comme Recteur de la Congrégation, à la suite de tant d'hommes illustres. Je ne peux m'empêcher de croire que mon père spirituel (oui spirituel car Saint Karel fut un humoriste méconnu…) serait fier de me voir suivre ses traces.

Nombreux sont les contacts que j'ai pu lier en terre angloyse et grand est l'espoir de voir ces liens fructifier. Plus difficile est l'approche en Württemberg où les villageois ne quittent que peu leurs champs et leurs ateliers. Les places des marchés sont aussi clairsemées que nos rangs laissant le champ libre à nombre d'hétérodoxes. Mais je ne suis cependant pas homme à trop m'inquiéter. Car notre Foi ne connaît pas de faille. Et la Vertu saura préserver ceux qui s'y conforment...

Fraternellement,
Minus Mailhes.

UNE VOLONTÉ DE VOIR RÈGNER L'ÉGLISE
Citation :
La Fin des Temps, IV. Le Jugement Divin
Je suis la main invisible qui guide vos pas, mais nombre d'entre vous se sont détournés de Ma Parole.
C'est par un beau matin de printemps, au cours duquel chantaient les oiseaux et bourdonnaient les abeilles pendant que les fleurs pointaient délicatement leurs pétales en direction du soleil juste avant d'être broutées par un troupeau de vaches sauvages, c'est ce matin là que Minus Mailhes se vit offrir l'occasion de réaliser son projet : faire vivre une Cité selon les strictes règles du Dogme. Monseigneur Bouboule, Primat du Saint Empire et Prince de Cologne, occupé à tant de grandes œuvres, décida en effet de déléguer la menée courante de la Principauté de Cologne au massif Théologien en le nommant Gouverneur.
Citation :
Discours d'investiture de Minus Mailhes
Cologne ! Fidèle fille de l’Eglise ! Cologne a toujours su suivre la juste voie, la voie de Dieu ! Et nuls complots, nuls nobliaux avide, ne sauraient nous en faire dévier. Car notre seule Loi est celle que le Dogme nous enseigne ! Et Cologne ne sera vassale que de l'Eglise Romaine !

Dans les contrées aristotéliciennes, ce que tout fidèle ne pouvait qu'attendre est enfin arrivé. Le pouvoir temporel est enfin aux mains d’un homme de Dieu, d’un homme qui a la connaissance des principes de la Foi, le Prince Bouboule ! Et qui mieux que cet homme, peut régner dans le respect de l’essence même de la politique, enseignée par nos prophètes et par nos saints ?

Le chaos régnant dans le Royaume de France en raison des tolérances accordées aux impies et aux hérétiques, l’apostasie sur l’île bretonne née de l’indifférence du Roy d’Angleterre, sont autant d’exemples démontrant la nécessité d’un pouvoir religieux fort et sans faille ! D’un pouvoir religieux qui peut enfin exprimer toute sa valeur sans se soucier de basses intrigues laïques.
Aussi habile rhéteur que scribe, Minus Mailhes sut mobiliser les foules pour mener à bien l'aménagement de la Cité de Cologne telle qu'elle nous apparaît aujourd'hui. Ayant pour unique volonté de placer Cologne au service de l'Eglise, il lutta ardemment pour obtenir une reconnaissance de la part de la Curie qui ne fut malheureusement pas accordée de son vivant. Il souhaitait en effet faire de la cité rhénane un exemple pour le reste des Royaumes et poser ainsi les premières pierres de la RESPUBLICA ARISTOTELICA.
Citation :
Lettre à Lorgol, cardinal camerlingue et frère thomiste.

Cher frère,

Vous ne pouvez pas ne pas avoir eu vent de cette nouvelle ineptie normande nommée Conseil des Cultes. Sous couvert d'obtenir la paix, les puissants de cette contrée offre une tribune aux hétérodoxes de tous poils. Nom de la créature sans nom ! Pourquoi ne pas ouvrir à Rome une ambassade des impies associés tant que nous y sommes !

L'Eglise se doit de se battre pour être l'unique religion. Hors de cela point de salut ! Les Théologiens que nous sommes savent que l'ancien Dogme pouvait parler de tolérance envers les "Gentils" mais aujourd'hui la mission de l'Eglise est d'aristoliser les contrées ainsi que vous l'avez fort bien signifié dans votre premier discours en tant que Camerlingue.

L'aristotélisme doit désormais oser sortir des églises pour prendre la place véritable qui est la sienne... La création divine et sa tenue sont choses trop importantes pour être laissée aux mains des incroyants... L'Eglise ne doit qu'appliquer son droit canon et les aristotéliciens ne doivent que de vivre conformément à notre Dogme. Le reste n'est que billevesées.

Mais prenons garde cependant, car les messes basses s'échangent entre ceux qui rasent les murs et la nuit est aujourd'hui plus animée que nos débats d'antan...

Fraternellement,
Minus Mailhes
Extrêmement actif, Minus Mailhes n'eut cependant pas l'occasion de voir se réaliser les œuvres, tant théologiques que temporelles, auxquelles il participa. En effet, alors qu'il participait à une vive discussion concernant les institutions de l'Eglise, l'ardeur qui l'animait eut finalement raison de sa santé et le 31 janvier 1455 Minus Mailhes rejoignit le Soleil.


Citations :

Citation :
Non au ramponneau ! Ceci est une invention de la Créature Sans Nom pour dévier les esprits faibles de la Voie ! Qu'ils donnent donc leurs écus aux pauvres ou à l'Eglise !
Citation :
Tastevin ? C'est pire que le purgatoire !!!
Citation :
je dois avouer mes lacunes en la matière...
Citation :
Le pape, le roi et l'empereur...
Ils cherchent désespérément à conserver leurs places alors qu'ils n'ont pas le temps de s'y consacrer...
Citation :
Tiens, un bouboulien ...
Ah ! Vous rirez bien quand les boubouliens domineront le monde !
Citation :
On n'est jamais bien servi que par soi-même !

Minus ayant des prédictions :

Citation :
Je comence a me dire que dans cette Eglise on est en train de me vouer un culte en secret...

Code:
[quote][img]http://img206.imageshack.us/img206/4698/badgesaintofficenc8.png[/img]
[color=#1a3768][i][size=18][b]les Bienheureux - Bienheureux Minus Mailhes[/b][/i][/color][/size]

[color=black][img]http://img297.imageshack.us/img297/4967/525wl9.jpg[/img]

Cinquième d'une famille pauvre mais pas miséreuse, Mailhes dut cependant quitter la chaumière après la moisson pour chercher meilleure pitance. Errant et subsistant comme il le put, il échoua à La Trémouille ou le recueillirent Saint Karel et son épouse Patity qui l'instruirent des principes de la Foi. C'est dans les rues de la cité poitevine que Mailhes, déjà doté d'une forte stature se trouva surnommé Minus par ses camarades de jeu, patronyme qu'il garda jusqu'à sa mort.

A la mort de son protecteur, et désireux de suivre son exemple malgré son peu d'instruction, Minus Mailhes quitta le Poitou pour se rendre à Avranches en Normandie, sur les terres où mourut Saint Lescure.


[b]LES JEUNES ANNÉES, L'AFFIRMATION DE LA FOI[/b]

[quote][color=black][color=red]Création VI - §5[/color]
Dieu leur demanda donc : "Vous vivez grâce à Moi, car Je suis votre créateur. Vous vous nourrissez, vous vous reproduisez, vous élevez votre progéniture. Mais vous ne savez pas pourquoi vous vivez. Selon vous, quel sens ai-Je donné à la vie ?".[/color][/quote]
[quote][color=black]Lettre à sa mère de cœur, Patity.

Mère,

Me voici donc arrivé depuis quelques temps déjà à Avranches et pourtant je songe déjà à quitter ces lieux étranges. Non pas que la paroisse soit laissée à elle-même, tant le travail que réalise le père Cédric de Flandres est admirable. Non pas que les rues ne soient pas animées, loin de là….

Car depuis mon arrivée, j'ai pu compter jusqu'à 5682, non 5683, pardon... ...5690... 5701... ... ... mais j'ai rapidement perdu le fil. Il m'a été proposé de dédier des bisous à mon avranchaise favorite, et ce dans un moulin, mais je n'étais guère sûr que cela soit très conforme à l'éducation aristotélicienne que j'ai reçu. Je suis aller au mariage de l'un et de l'autre avant d'être inviter à manger une des nombreuses maisons du bonheur qui composent le village. Après avoir refusé de devenir PomPom Boy pour fêter l'élection de Miss Avranches (ou de l'influence des Anglois sur les us normands), j'ai voulu chercher la sérénité le long de la rivière mais je n'ai entendu que les plaintes amoureuses de Hurlu et Berlu. Je me suis toujours appliqué à souhaiter de joyeux anniversaires avec bonne humeur, avant de m'installer sur la place du marché pour écouter à nouveau les effusions d'Hurlu et Berlu qui semblaient s'être réconciliés…

Je fus, chère mère, fort préservé de ces événements lorsque je me trouvais à La Trémouille. Et alors que je pensais combattre en ces terres normandes l'hérésie qui terrassa Saint Lescure, ce grand homme respecté par notre bien-aimé Karel, je ne découvre autour de moi que frivolités et autres billevesées.

Je ne peux croire que la vie temporelle se résume à de telles inepties. L'œuvre divine ne peut être ignorée ainsi et c'est l'acédie qui guette ces enfants de Dieu. Au final, je me rend compte que si je ne suis pas prêt à prononcer les vœux, ma place ne se trouve pas pour autant entre les heureux(ses), les comblé(e)s et les aveuglé(e)s... Rome sera ma prochaine destination. J'y trouverais peut-être des réponses à mes interrogations.

Sincèrement,
Minus Mailhes.

P.S. : Soyez vigilante chère mère, car il m'est venu aux oreilles qu'une créature dénommée Esurnir s'agite sur nos terres poitevines avec pour but de se poser en véritable défenseur de la Foi. Souvenons-nous des méfaits des sauveurs autoproclamés. [/color][/quote]
N.B. : Juste pressentiment qu'eut là le jeune Mailhes car quelques temps plus tard de durs mots furent échangés entre Patity et Esurnir, altercation qui aboutit, au grand désespoir du bienheureux, au reniement par sa mère de la Foi aristotélicienne, épisode qui l'affecta durablement et qu'il ne digéra jamais (malgré son imposante bedaine).

Parti d'Avranches, Minus Mailhes se dirigea alors vers Rome où sa carrure de joueur de soule (jeu pour lequel il ne présenta paradoxalement aucune prédisposition particulière) l'amena à intégrer la Garde Papale naissante. Etant alors de son propre aveu insuffisamment lettré mais voulant malgré tout accompagner l'Eglise, il espérait ainsi espérant servir au mieux Sa Sainteté et le Livre des Vertus. C'est également ainsi qu'il fit la découverte des dédales de Rome, cité qu'il finit par connaître mieux que sa propre besace.

Mais Minus Mailhes n'était pas homme à contraindre par la force ses frères et sœurs devant le Créateur, et ne sachant quelle voie emprunter, il se retira au monastère de Tastevin, fraîchement inauguré.


[b]LA THÉOLOGIE, SON VERITABLE MINISTERE[/b]

[quote][color=black]Paroles de Saint Karel
Mais le service de l’Eternel apporte plus de fruits que toutes les richesses ne le pourront jamais. [/color][/quote]
[quote][color=black]Lettre à Cédric de Flandres, curé d'Avranches.

Mon Père,

Comme suite à vos conseils, je continue à parcourir les Royaumes à la recherche de la voie qui sera pour moi la meilleure façon de vivre ma Foi. Mais Rome n'a fait que m'apprendre à m'exprimer en notre Eglise. Si cela s'avère fort utile, je ne sais pour autant de quelle manière m'exprimer. Dans ce but, et afin de faire retraite pour mieux réfléchir, j'ai rejoint depuis quelques temps déjà la communauté monacale de Tastevin d'où je vous écrit.

Tastevin… Rarement société humaine aura plus mal porté son nom. Car en réalité, nul breuvage n'est ici distribué pour que nous puissions tromper l'ennui. Et la brasserie qui devrait faire le renom de l'abbaye n'a pour l'instant guère produit de mousse… Bénis soient mes frères Zeuxp et Ahd d'avoir en leur cellule une réserve personnelle de qualité.

Mais je mets également à profit cette solitude monacale pour m'instruire des textes sacrés, depuis les textes de la Création jusqu'aux Vitæ de nos saints. J'y trouve plus que de l'intérêt tant la richesse de ces écrits m'apporte une sérénité que je n'aurais jamais cru imaginer. Mon séjour à Tastevin ne marquera certes pas les mémoires, mais il est pour moi l'étape qui m'aura révélé la voie que je souhaite emprunter.

Votre serviteur,
Minus Mailhes [/color][/quote]
Cette passion pour les Ecritures ne quitta jamais notre homme, et à la lecture, il associa bientôt l'écriture qu'il mit au service de son admiration pour les plus illustres personnages de l'Eglise. C'est ainsi qu'au cours de son existence il réalisa les hagiographies de son protecteur Saint Karel (Fondateur Thomiste), de Saint Abysmo (Templier et Fondateur Thomiste), Saint Himérius (Père de l'Eglise et Fondateur Thomiste), Sainte Illinda (Mère de l'Eglise) et Saint Trufaldini le Bien Aimé (Fondateur du thomisme et modèle de Vertu).

A la suite de ces travaux il eut l'occasion d'être appelé à Rome et travailla, sous l'égide de Saint Nicolaïde (dit FrèreNico) puis de l'illustre Jeandalf au sein de la Congrégation du Saint-Office de l'Eglise Romaine Aristotélicienne, recevant par là même le titre de Théologien. Minus Mailhes se consacra à ces études jusqu'à sa mort, participant en tant qu'Archiviste à l'édification de la Bibliothèque Aristotélicienne Universelle selon les plans de son Eminence Pouyss aux côtés de celui qui deviendra son ami, Pierre Morgan de Lusignan.
[quote][color=black]Lettre à Pierre Morgan de Lusignan, Recteur Lescurien.

Mon ami,

Quelle joie et quelle fierté d'œuvrer modestement à la fondation de la somme théologique dont useront les futurs prêtres aristotéliciens pour diffuser le message divin autour d'eux. Rien ne m'est plus plaisant que de discourir avec mes frères théologiens ou que de me retrouver seul au milieu des rayonnages qui contiennent les paroles de tant d'hommes et de femmes d'Eglise.

Pourtant, et cela me chagrine quelque peu, j'ai le sentiment que trop souvent nous nous égarons dans de trop longs débats scolastiques, débats fort peu accessibles au commun des aristotéliciens. Il me semble que nous devrions travailler en direction des plus simples pour que le Dogme puisse être de façon claire par le plus grand nombre. Car avouons-le, le Saint Office ressemble parfois moins à un rassemblement d'exégètes qu'à une étude d'hommes de lois… Sur ce point le jeune Vincent Diftain me paraît fort prometteur en matière de vulgarisation.

Pour cette raison, je me suis décidé à ouvrir à Luxeuil où je me trouve "La Taverne de Saint Abysmo". Je crois qu'il est possible de faire comprendre en des termes simples les grands principes de notre Foi. Car l'aristotélisation des Royaumes nécessite une attention toujours permanente. Je ne manquerais pas de vous entretenir bientôt des résultats de cette entreprise.

Fraternellement,
Minus Mailhes. [/color][/quote]

[b]LE PRÊCHE, L'EXEMPLE DE SAINT KAREL[/b]

[quote][color=black][color=red]Sixième livre de la Vita de Christos le Sage[/color]
Repentez-vous ! Confessez-vous de vos pêchés, car le Très Haut n’aime pas voir le vice envahir la cité des Hommes. [/color][/quote]
Mais avant d'être un tavernier féru de théologie, Minus Mailhes avait éprouvé ses qualités de prêcheur en se rendant parfois loin des frontières du Royaume de France. Terre angloyses, Saint Empire germanophone ou francophone, ses pas le menèrent là où il croyait pouvoir diffuser les paroles du Créateur, respectant ainsi la tradition de prêche du thomisme.
[quote][color=black]Lettre à Antoine, frère thomiste.

Mon frère,

Me voici donc en terre angloyse dont l'étrange parler n'est finalement pas si incompréhensible. Même si je dois avouer que les aristotéliciens que j'ai rencontrés font preuve d'une grande patience à mon égard. Cependant la Grande Réforme d'Eugène V n'a semble t'il pas encore totalement percée en ces contrées et cela facilite d'autant la bonne audience du message thomiste.

Malheureusement, comme sur le continent, la désertion de nombre d'églises est véritable. A mon sens les exigences théologiques pour l'obtention de la charge de prêtre sont trop grandes et celle-ci devrait être accessible aux artisans.

Quoi qu'il en soit, et pour mieux encore diffuser le message divin, j'ai décidé de me porter candidat à la charge de maire de la paroisse de Sommerset. La chose ne sera pas facile car j'ai en face de moi la noble Budicca, intègre et excellent rhéteur. Mais plus le temps passe et plus il me semble que la place d'un Théologien est autant à la mairie que dans une église.

Car les choses du monde, même les plus simples ne peuvent être laissées aux mains des gens de peu de savoir. Figurez-vous que j'ai pu ouïr un Conseiller Comtal que notre Terre tournait !!! Tourner !!! Quelle injure à la raison d'Aristote ! Car si cela était, les manèges auraient depuis longtemps fait faillite !

Fraternellement,
Minus Mailhes. [/color][/quote]
L'expérience électorale fut un échec et Minus Mailhes se consacra alors à établir des ponts entre Rome et les aristotéliciens angloys, suivant en cela l'exemple de Son Eminence Latan. Visionnaire bien connu, ce dernier lui lança d'ailleurs un jour : "Un pont entre le Royaume Angloys et le continent ? Quelle merveilleuse idée ! Quelle meilleure image pour décrire la lumière que nous voyons au bout de ce Tunnel !". Mais appelé à de plus importantes responsabilités au sein de la Congrégation de Saint Thomas, Minus Mailhes quitta l'île à regret.
[quote][color=black]Lettre à Metalxela, templier et frère thomiste.

Mon frère,

Grand est l'honneur que me font les thomistes de me choisir comme Recteur de la Congrégation, à la suite de tant d'hommes illustres. Je ne peux m'empêcher de croire que mon père spirituel (oui spirituel car Saint Karel fut un humoriste méconnu…) serait fier de me voir suivre ses traces.

Nombreux sont les contacts que j'ai pu lier en terre angloyse et grand est l'espoir de voir ces liens fructifier. Plus difficile est l'approche en Württemberg où les villageois ne quittent que peu leurs champs et leurs ateliers. Les places des marchés sont aussi clairsemées que nos rangs laissant le champ libre à nombre d'hétérodoxes. Mais je ne suis cependant pas homme à trop m'inquiéter. Car notre Foi ne connaît pas de faille. Et la Vertu saura préserver ceux qui s'y conforment...

Fraternellement,
Minus Mailhes. [/color][/quote]

[b]UNE VOLONTÉ DE VOIR RÈGNER L'ÉGLISE[/b]
[quote][color=black][color=red]La Fin des Temps, IV. Le Jugement Divin[/color]
Je suis la main invisible qui guide vos pas, mais nombre d'entre vous se sont détournés de Ma Parole. [/color][/quote]
C'est par un beau matin de printemps, au cours duquel chantaient les oiseaux et bourdonnaient les abeilles pendant que les fleurs pointaient délicatement leurs pétales en direction du soleil juste avant d'être broutées par un troupeau de vaches sauvages, c'est ce matin là que Minus Mailhes se vit offrir l'occasion de réaliser son projet : faire vivre une Cité selon les strictes règles du Dogme. Monseigneur Bouboule, Primat du Saint Empire et Prince de Cologne, occupé à tant de grandes œuvres, décida en effet de déléguer la menée courante de la Principauté de Cologne au massif Théologien en le nommant Gouverneur.
[quote][color=black]Discours d'investiture de Minus Mailhes
Cologne ! Fidèle fille de l’Eglise ! Cologne a toujours su suivre la juste voie, la voie de Dieu ! Et nuls complots, nuls nobliaux avide, ne sauraient nous en faire dévier. Car notre seule Loi est celle que le Dogme nous enseigne ! Et Cologne ne sera vassale que de l'Eglise Romaine !

Dans les contrées aristotéliciennes, ce que tout fidèle ne pouvait qu'attendre est enfin arrivé. Le pouvoir temporel est enfin aux mains d’un homme de Dieu, d’un homme qui a la connaissance des principes de la Foi, le Prince Bouboule ! Et qui mieux que cet homme, peut régner dans le respect de l’essence même de la politique, enseignée par nos prophètes et par nos saints ?

Le chaos régnant dans le Royaume de France en raison des tolérances accordées aux impies et aux hérétiques, l’apostasie sur l’île bretonne née de l’indifférence du Roy d’Angleterre, sont autant d’exemples démontrant la nécessité d’un pouvoir religieux fort et sans faille ! D’un pouvoir religieux qui peut enfin exprimer toute sa valeur sans se soucier de basses intrigues laïques. [/color][/quote]
Aussi habile rhéteur que scribe, Minus Mailhes sut mobiliser les foules pour mener à bien l'aménagement de la Cité de Cologne telle qu'elle nous apparaît aujourd'hui. Ayant pour unique volonté de placer Cologne au service de l'Eglise, il lutta ardemment pour obtenir une reconnaissance de la part de la Curie qui ne fut malheureusement pas accordée de son vivant. Il souhaitait en effet faire de la cité rhénane un exemple pour le reste des Royaumes et poser ainsi les premières pierres de la RESPUBLICA ARISTOTELICA.
[quote][color=black]Lettre à Lorgol, cardinal camerlingue et frère thomiste.

Cher frère,

Vous ne pouvez pas ne pas avoir eu vent de cette nouvelle ineptie normande nommée Conseil des Cultes. Sous couvert d'obtenir la paix, les puissants de cette contrée offre une tribune aux hétérodoxes de tous poils. Nom de la créature sans nom ! Pourquoi ne pas ouvrir à Rome une ambassade des impies associés tant que nous y sommes !

L'Eglise se doit de se battre pour être l'unique religion. Hors de cela point de salut ! Les Théologiens que nous sommes savent que l'ancien Dogme pouvait parler de tolérance envers les "Gentils" mais aujourd'hui la mission de l'Eglise est d'aristoliser les contrées ainsi que vous l'avez fort bien signifié dans votre premier discours en tant que Camerlingue.

L'aristotélisme doit désormais oser sortir des églises pour prendre la place véritable qui est la sienne... La création divine et sa tenue sont choses trop importantes pour être laissée aux mains des incroyants... L'Eglise ne doit qu'appliquer son droit canon et les aristotéliciens ne doivent que de vivre conformément à notre Dogme. Le reste n'est que billevesées.

Mais prenons garde cependant, car les messes basses s'échangent entre ceux qui rasent les murs et la nuit est aujourd'hui plus animée que nos débats d'antan...

Fraternellement,
Minus Mailhes [/color][/quote]
Extrêmement actif, Minus Mailhes n'eut cependant pas l'occasion de voir se réaliser les œuvres, tant théologiques que temporelles, auxquelles il participa. En effet, alors qu'il participait à une vive discussion concernant les institutions de l'Eglise, l'ardeur qui l'animait eut finalement raison de sa santé et le 31 janvier 1455 Minus Mailhes rejoignit le Soleil.


[b]Citations :[/b]

[quote][color=black]Non au ramponneau ! Ceci est une invention de la Créature Sans Nom pour dévier les esprits faibles de la Voie ! Qu'ils donnent donc leurs écus aux pauvres ou à l'Eglise ! [/color][/quote]
[quote][color=black]Tastevin ? C'est pire que le purgatoire !!![/color][/quote]
[quote][color=black]je dois avouer mes lacunes en la matière...[/color][/quote]
[quote][color=black]Le pape, le roi et l'empereur...
Ils cherchent désespérément à conserver leurs places alors qu'ils n'ont pas le temps de s'y consacrer... [/color][/quote]
[quote][color=black]Tiens, un bouboulien ...
Ah ! Vous rirez bien quand les boubouliens domineront le monde ![/color][/quote]
[quote][color=black]On n'est jamais bien servi que par soi-même ![/color][/quote]

[b]Minus ayant des prédictions :[/b]

[quote][color=black]Je comence a me dire que dans cette Eglise on est en train de me vouer un culte en secret... [/color][/quote]
[/color][/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Bienheureux Minus Mailhes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hagiographie de Minus Mailhes
» Hagiographie de Bienheureux Gatien de Tours
» Bienheureux Cicéron et son De natura deorum
» Le retour de Minus
» Article "Bienheureux aiguilleurs du ciel"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SIEGE DES ARCHEVECHES DE PROVENCE :: BIBLIOTHEQUE MYMY VON AHLEFELDT-OLDENBURG :: Le Dogme et le Droit Canon :: Le Livre des Vertus :: Livre III - Les Anges et les Saints :: Les Bienheureux-
Sauter vers: